Home Actualités Haïti débat : Des membres du gouvernement d’Ariel Henry cherchent à faire fuir les colombiens, selon Stanley Lucas
Actualités - août 12, 2021

Haïti débat : Des membres du gouvernement d’Ariel Henry cherchent à faire fuir les colombiens, selon Stanley Lucas

Exprimant son inquiétude par rapport au comportement du Premier ministre Ariel Henry dans le dossier de lassassinat de Jovenel Moise, Stanley Lucas dénonce des éléments de son gouvernement. Des membres du gouvernement haïtien, révèle-t-il, cherchent à rapatrier les soldats colombiens qui ont pris part au meurtre du président.

Joint au téléphone, à l’émission Haïti débat de ce jeudi 12 août en cours, Stanley Lucas moucharde des éléments de l’équipe gouvernementale haïtienne emmenée par Ariel Henry.

« Certains membres du gouvernement cherchent à exfiltrer les soldats colombiens », a fait savoir Monsieur Lucas, ne cachant pas son inquiétude par rapport aux actions commises par le PM Ariel Henry.

« Jai une inquiétude du Premier ministre par rapport à ses actions. Au lieu de renforcer le décret donnant naissance à lAgence Nationale dintelligence, ANI, par exemple, il a pris position pour sa suppression », déplore-t-il.

Stanley Lucas s’interroge sur le manque de soutien du patron de la primature à la justice dans la recherche des présumés coupables, en fuite, du meurtre du président Jovenel Moise.

« Pourquoi noffre-t-il pas 20 millions de dollars à la population pour aider la justice à trouver les gens qui sont en cavale, comme John Joël Joseph », se demande-t-il, criant que 2021 ne peut pas s’inscrit dans la lignée de 1806, date de l’assassinat du père fondateur de la nation, Jean Jacques Dessalines.

Répondant aux questions de Val, Campane et Présimon, Stanley Lucas précise les intérêts nationaux du moment. Les intérêts nationaux de l’heure, nous dit-il, sont d’abord la trouvaille des auteurs intellectuels de l’assassinat du président, ensuite le rétablissement d’un climat de sécurité dans le pays, puis l’organisation des élections.

Selon Stanley Lucas, quatre (4) composantes ont pris part au forfait du président. Il y a, dit-il, une composante financière avec les commanditaires, sécuritaire avec l’implication de la PNH, politique et internationale. Pour lui, l’assassinat du chef de l’État haïtien par les colombiens est un acte de guerre commis par la Colombie  contre Haïti.

Mozard Lombard,

Éditorialiste chez Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]  

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *