Home Actualités Scoop édito : Dépeuplement, la nouvelle image de Martissant, l’État haïtien dans une passivité complice !
Actualités - juin 22, 2021

Scoop édito : Dépeuplement, la nouvelle image de Martissant, l’État haïtien dans une passivité complice !

Port-au-Prince est en train de se désertifier, se dépeupler. Après le Bicentenaire où loge le village de Dieu, l’un des plus fameux bastions de bandits armés en Haïti, le Bel Air, gangréné par des conflits armés entre gangs rivaux, au cœur de la capitale haïtienne, Martissant se mue en désert. L’empire des gangs progresse pendant que s’enfuit la population. Le phénomène de banditisme gagne du terrain. Les bandits armés s’emparent des endroits. Ils partagent le territoire national, coupent le Grand Sud, divise géographiquement le pays.

En un clin d’œil, Martissant, la troisième section communale de Port-au-Prince, est transformé en désert. Dans cette section par où passe la route nationale # 2 amenant au Grand Sud, la population a été déguerpie. La cité de Nemours Jean Baptiste est évacuée de force par des civils lourdement armés.

Brusquement, la principale voie de communication de Martissant est devenue un coupe gorge. La circulation est entrée en récession. Sur une route cahoteuse, poussiéreuse dans les moments ensoleillés, marécageuse dans les moments pluvieux, les chauffeurs sont à l’affut. Les passagers bravent le danger. En plein jour, les ruelles sont vidées. Elles sont méconnaissables. Plus de monde. Le marché de Leclerc n’a plus personne.

Soudainement, toutes les portes des entreprises privées et publiques de la zone sont fermées. À longueur de journée, les boutiques, les magasins, les écoles, les églises, les pompes à essence, les banques de borlette, même le sous commissariat, pour ne citer que celle-là, sont toutes fermées. Martissant, un corps sans vie !

Martissant a, d’un seul coup, passé de la vie à trépas.  Cet endroit devient un endroit redoutable. Un endroit à craindre vivement. Un endroit qui fait peur. Les bandits imposent leur loi de dépeuplement, de désertification. Dépeuplement, la nouvelle image de Martissant ! Les déserts créés par les bandits armés entourent le palais national.

Alors que Port-au-Prince se désertifie, des endroits périphériques deviennent surpeuplés. La commune de carrefour, la prochaine destination de l’empire des bandits, déborde. Que deviendra Port-au-Prince dans les deux à trois prochaines années ? La situation est vraiment moche. C’est la consternation ! La situation démographique inquiète. Elle prend une tournure irréversible au détriment du pays. Port-au-Prince est en voie de disparition. Haïti se meurt.

Haïti se meurt sous le regard passif et irresponsable des dirigeants haïtiens. Haïti se meurt avec des acteurs politiques insensibles qui ne militent que pour le pouvoir, qui ne s’intéressent qu’au pouvoir. Le jour où Haïti sera placé au cœur des préoccupations, deviendra l’intérêt principal des protagonistes, le peuple haïtien connaitra des jours heureux !

Mozard Lombard,

Éditorialiste chez radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *