Home Actualités Haïti débat/A. Rodon Bien Aimé : Patrick Norzéus a été lancé par le palais national pour attaquer mon image, a réagi l’ex député de Cerca Carvajal
Actualités - mai 26, 2021

Haïti débat/A. Rodon Bien Aimé : Patrick Norzéus a été lancé par le palais national pour attaquer mon image, a réagi l’ex député de Cerca Carvajal

Après les déclarations infâmes de Patrick Norzéus contre A. Rodon Bien Aimé, à l’émission Haïti débat du mardi 25 mai 2021, l’ex député de Cerca Carvajal a promptement réagi ce mercredi pour restaurer son image. Monsieur Bien Aimé dénonce une attaque venant directement du palais national visant à le détruire sur la scène pour sa conviction politique.

Antoine Rodon Bien Aimé monte au créneau ce mercredi pour dénoncer Patrick Norzéus. Selon l’ancien député de Cerca Carvajal, ce dernier a été utilisé comme un projectile lancé par le palais national pour le refroidir et l’enrayer sur l’échiquier.

Patrick Norzéus, explique-t-il, est un conseiller du président de la République au palais national. Quinze jours après la fin de son mandat, il a été intégré au palais national pour faire un sale boulot.

J’ai été contacté à plusieurs reprises par des membres du palais national qui veulent trouver un accord avec moi. À chaque fois, j’ai toujours exprimé ma position. Je garde ma position de départ. Il faut que les prescrits de l’article 134.2 se respectent. Je ne supporte pas ce pouvoir. Je ne le supporterai pas. J’ai pris la voie légale avec ce dossier. J’ai déjà consulté mes avocats. Je leur ai demandé de faire respecter la loi pour que l’on cesse de piétiner l’intégrité d’autrui, a renchéri A. Rodon Bien Aimé, au micro de la Radio Télé Scoop, à l’émission Haïti débat, accompagné de l’un de ses avocats, Me Caleb Jean Baptiste.  

Révolté par les déclarations du député des Baradères/Gran Boukan, contre son client, Me Caleb Jean Baptiste annonce avoir sommé Patrick Norzéus. « Nous l’avons sommé. Nous lui avons donné 24 heures pour confirmer ou infirmer ses déclarations. Passés ce délai, nous irons au correctionnel. Nous allons exiger l’application de l’article 28 de la constitution contre lui. Nous allons le priver de ses droits civiques et politiques. S’il ne peut pas fournir des preuves confirmant ses accusations, il ne pourra ni voter ni participer aux élections », a-t-il fait savoir, insistant sur l’intégrité de son client.

Pendant que nous envoyons la sommation, j’ai déjà reçu plusieurs coups de fils du palais national, ajoute A. Rodon Bien Aimé, pour faire suite à son avocat.

Dans un débat houleux, Patrick Norzéus a tenté de réagir. Le tac au tac bruyant entre les acteurs ne lui a pas permis de placer ses mots. Sauf qu’il a pu souligner qu’il n’est pas un conseiller du palais national.

Mozard Lombard,

Éditorialiste chez Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.