Home Actualités La Notre Dame de l’Assomption, au temps du coronavirus, froidement célébrée aux Cayes
Actualités - août 17, 2020

La Notre Dame de l’Assomption, au temps du coronavirus, froidement célébrée aux Cayes

La solennité de la Notre Dame de l’Assomption, coïncidée avec le festival de Gelée habituellement réalisée avec beaucoup de chaleur, d’ambiance de manière fastueuse dans la troisième ville du pays, a froidement été célébrée cette année. On aurait pu dire qu’il n’y a eu pas de fêtes le weekend du 15 août écoulé dans la cité d’Antoine Simon.

Un bon nombre de la population était mobilisé. Mais, ce n’était pas le cas pour les autorités communales démotivées en raison de la pandémie du coronavirus indexée sur le problème économique du pays et le climat d’insécurité qui règne sur presque toute l’étendue du territoire national depuis quelque temps.

La diaspora était aux abonnés absents. Affecté depuis le passage de l’ouragan Mathiew, le secteur touristique est durement assené. À cause de la situation de décapitalisation de la population, les commerces n’ont pas fait recette. Les petits marchands s’en plaignent.

Interviewé, à l’hôtel le Manguier, au lendemain de la date butoir du 15 août, dimanche, dans la matinée, par notre journaliste reporteur, Jean François Darius, l’ancien député de la circonscription Cayes/Ile-à-vache, Jean David Génesté, a pointé du doigt les politiciens haïtiens.  Les politiques, nous dit-il, ont mis la population en otage. Je n’ai jamais vu un pays autant polarisé. Nous sommes dans une situation explosive. Je vois de très loin venir les malheurs de Rome. Je suis pour un accord politique global. Nous devons élaborer un plan de développement pour le pays pour les 25 à 30 prochaines années.

Monsieur Génesté croit qu’Haïti ne connaitra pas de stabilité tant que les acteurs ne réalisent pas une croisade contre la corruption qui, indique-t-il, met la population dans une situation de misère chronique. « Il faut une commission de vérité sur les crimes économiques perpétrés dans le pays », a recommandé l’ex parlementaire.  

Le juriste plaide pour une justice indépendante en Haïti. Il dénonce l’attitude des protagonistes haïtiens à assimiler les invitations judiciaires à la persécution politique.

Le potentiel candidat au Sénat de la République pour le département du Sud a fait aussi un plaidoyer pour la ville des Cayes et dénoncé sa situation de bidonvilisation. Il croit que la cité d’Antoine Simon mérite un meilleur traitement. « La ville a beaucoup de potentialité touristique. Elle fait face à une pression démographique. Elle se bidonvillise de plus en plus. Il faut une intervention au plus haut sommet de l’État. Il faut drainer la commune et désenclaver le département. Il faut rendre fonctionnel les ports et l’aéroport des Cayes », a exigé Jean David Génesté.

La Radio Télé Scoop en a profité pour s’entretenir aussi avec la directrice départementale du Sud des TPTC, l’ingénieur Marie Téressa Horderlyne Alténor, sur les travaux d’entretien routier. Elle nous a informés de ses chantiers, ses besoins et ses défis.

« Nous avons beaucoup de travaux que nous sommes en train de finaliser dans la ville et dans tout le département. Dans l’espace de huit mois, nous avons réparé beaucoup d’appareils. Toutefois, nous avons un problème de moyens. Nos moyens sont très limités. Ce département est le lieu où les employés perçoivent le salaire le plus bas. Nous avons beaucoup de défis à relever. Nous devons en finir avec nos projets de curage et de drainage, la réhabilitation des rues du carrefour quatre chemin, du pont de la ravine, du général Marion », a fait savoir la directrice.

Avec le commissaire divisionnaire, Jacques Joel Orival, nous avons abordé la question de la sécurité du département, notamment de la ville des Cayes à l’occasion de la Notre Dame. Le directeur départemental du Sud de la PNH dit enregistrer un bilan sécuritaire positif avec un effectif réduit ne dépassant pas 120 policiers pour les jours des festivités réalisées pendant le weekend.

Monsieur Orival dit également mettre fin à l’expansion du phénomène de gangs armés dans son fief. « Pour le moment, il n’y en a point dans le département. Nous sommes là pour accompagner la population. Je leur ai demandé de toujours nous tenir informer de l’observation des inconnus dans leur milieu », nous a indiqué le commissaire.

Mozard Lombard,

Éditorialiste Chez la Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]  

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *