Home Actualités « Environ 50 personnes tuées et 30 autres portées disparues au mois de juillet à Cité Soleil »
Actualités - août 5, 2020

« Environ 50 personnes tuées et 30 autres portées disparues au mois de juillet à Cité Soleil »

Rien que pour le mois de juillet écoulé, pas moins de 50 personnes ont été tuées et 30 autres portées disparues lors des affrontements sanglants entre gangs armés pour le contrôle du territoire à Cité Soleil, a comptabilisé le défenseur des droits humains, Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau national des Droits humains (RNDDH).

« La vie des gens est banalisée. La police nationale est à genou et affiche son impuissance face aux bandits », a constaté M. Espérance avec peine.

Dans une interview exclusif accordée à un media de la capitale, M. Espérance denonce la connivence des autorités étatiques qui n’ont pas manifesté leur volonté de mettre hors d’état de nuire les bandits armés.

Pierre Espérance continue d’avancer les chiffres pour montrer l’ampleur de la situation sécuritaire dans le pays. Pour l’année 2019, 46 policiers ont été assassinés.

Selon lui, c’est une perte énorme qui n’a jamais été enregistrée depuis la création de l’institution policière. « Les policiers sont dépourvus de moyens et d’équipements adéquats pour exercer leur fonction. Une simple visite dans les commissariats peut témoigner de leur précarité », a-t-il déploré, fustigeant le fait que les bandits armés sont mieux lotis en ayant accès à de calibres puissants, de munitions et d’argents.

Le directeur exécutif du RNDDH revient sur les blindés achetés récemment par le pouvoir en place en vue de permettre aux agents de l’ordre de mener des interventions afin de rétablir la paix dans les quartiers populaires pris en otage par les gangs armés.  « L’État haïtien avait fait la commande de 15 blindés à la fin de l’année 2019. Huit d’entre eux sont tombés en pannes et ne peuvent pas subir des chocs. C’est grave que l’État puisse dépenser autant pour rien. La vie des policiers sont en jeu », a critiqué le militant des droits humains Pierre Espérance.

Dans une note de prise de position de l’Ambassade américaine publiée ce mercredi 8 août, les États-Unis, se disant  profondément préoccupés par les pertes en vies humaines dans les communautés marginalisées du fait de la violence liée aux gangs, invitent le gouvernement haïtien à protéger ses citoyens les plus vulnérables en luttant contre la prolifération des gangs et en tenant les auteurs de violence et leurs complices responsables. L’Ambassade américaine montre par ailleurs  la nécessité pour le gouvernement d’Haïti d’enquêter et de poursuivre les responsables de ces actes de violence liée aux gangs.

Michelson Césaire

Rédacteur de Radio Télé Scoop

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *