Home Actualités « Un dilapidateur présumé du fonds PetroCaribe aux commandes de l’ED’h », la FJKL lâche la bombe
Actualités - juillet 14, 2020

« Un dilapidateur présumé du fonds PetroCaribe aux commandes de l’ED’h », la FJKL lâche la bombe

Fraîchement installé à la tête de l’ED’h, Michel Présumé est dans l’œil du cyclone. Il n’est pas seulement reproché d’être responsable de la privatisation de Teleco, un autre dossier l’accable davantage.  La Fondasyon Je Klere a sorti du tiroir  le rapport d’audit spécial de la Cour supérieure des Comptes qui fait passer le nouveau DG de l’ED’h comme l’un des plus grands dilapidateurs du fonds PetroCaribe.

Lors de son passage à la Planification et de la Coopération Externe (MPCE), comme secrétaire d’État, ce dernier détenait « le plein pouvoir » en l’absence du titulaire du poste plus engagé à la Primature, Laurent S. Lamothe.

La Fondasyon Je Klere (FJKL) dit  apprendre, non sans étonnement, la nomination de Michel Présumé comme directeur général de l’ED’h. La FJKL estime que la nomination de ce dernier, sans un arrêt de quitus de la CSC/CA et sans une ordonnance de non-lieu du juge d’instruction en charge du dossier PetroCaribe est une preuve éclatante de l’absence de volonté politique pour faire le jour  sur cette vaste escroquerie que constitue la gestion du fonds PetroCaribe et de l’incapacité du juge d’instruction en charge du dossier de le traiter correctement.

Dans un communiqué de presse publié ce 14 juillet, la FJKL revient sur toutes les fois où la CSC/CA a cité le nom de Michel Présumé dans des scandales de détournement de fonds. Impliqué dans des projets financés par le MPCE et l’ULCPB, Michel Présumé est indexé par la Cour comme l’un des responsables des faits qualifiés par la loi d’infractions pénales et pour lesquelles Michel Présumé risque de lourdes peines de prison, la restitution des fonds détournés et des amendes élevées.

La Cour a relevé des irrégularités qui aurait éclaboussé sa gestion dont l’écart non justifié entre les montants décaissés et les montants initialement prévus dans les contrats d’exécution, montant de sous-traitance supérieur au seuil prévu par la loi, marché de gré à gré dans des cas où la loi exige un appel d’offre ouvert ou restreint, d’abus de fonction, de favoritisme, de surfacturation.

Dans le projet d’appui à la PNH pour la  construction du local du CIMO, plusieurs irrégularités ont été constatées. Ce contrat a été  signé avec la firme INGENERIA ESTRELLA sans avis de non-objection de la CNMP en violation de l’article 106 de l’arrêté d’application du 26 octobre 2009 de la loi du 10 juin 2009 sur la passation des marchés publics. Un écart non justifié de 2, 737,958.52 $US a été constaté par la CSC/CA.

Ce qui lui exposerait à encourir une peine de 3-9 ans de prison, restitution à l’État de 2, 737,958.52 $US ; et une amende de trois fois le montant détourné, soit 8, 213,875.56 $US.

Le nom de Michel Présumé est également cité dans d’autres projets dans lesquels des écarts non justifiés de fonds ont été repérés. Il s’agit entre autres, du projet de construction de cinq (5) centres sportifs réalisé par la firme ROFI (Ouanaminthe, Gonaïves, Mirebalais, Cayes et Jacmel) ; du projet d’intervention dans le quartier de Jalousie à Pétion-ville ; et celui de la rénovation urbaine de Maïssade.

Michelson Césaire

Rédacteur de Radio Télé Scoop

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *