Home Actualités Haïti débat / Rupture politique : Joseph Lambert passe désormais dans l’opposition
Actualités - août 20, 2019

Haïti débat / Rupture politique : Joseph Lambert passe désormais dans l’opposition

Le sénateur du Département du Sud Est, Joseph Lambert, a annoncé officiellement sa séparation avec le chef de l’État, Jovenel Moise, ce mardi 20 août 2019. L’ancien président du Sénat haïtien s’est séparé du président de la République à cause de sa méfiance et son inélégance à son égard. Il se réclame désormais de l’opposition. Mais, il est favorable à une opposition éclairée, constructive et positive pour sauver le pays.

Avec le problème de la ratification du gouvernement de Jean Michel Lapin au parlement haïtien, pendant que le pays s’enfonce de plus en plus dans la crise, Joseph Lambert dit s’offrir en holocauste au président de la République, au cas où il avait décidé de désigner un autre PM, pour sauver la nation. Sa proposition, nous dit-il, a été bien accueillie auprès du chef de l’État. S’appuyant sur le soutien des présidents des deux branches du pouvoir législatif, Carl Murat Cantave et Garry Bodeau, il considérait sa désignation comme une lettre à la poste.

Lors de la réunion de consultation avec les présidents des deux entités du parlement haïtien, Jovenel Moise a fait le choix d’une autre personnalité, en l’occurrence, Fritz William Michel, malgré la suggestion de Carl Murat Cantave qui l’a évoqué sur la table de négociation.

À en croire le désormais ex allié du président de la République, le problème ne se résident pas dans le choix de Monsieur Michel qui est son ami. Il se réside de préférence dans le comportement de Monsieur Moise qui ne l’a pas appelé pour le prévenir et qui s’est rendu chez lui après la désignation pour l’offrir des portefeuilles ministériels qu’il a refusé pour préserver sa dignité.

Face à ce comportement inélégant du président le concernant, Joseph Lambert se dit éprouvé un sentiment de déception. Il a souligné la méfiance de son ancien associé envers sa personne.

Joseph Lambert s’était proposé au président parce qu’il pensait disposer les moyens nécessaires pour composer avec les différents acteurs et secteurs de la vie nationale, particulièrement les parlementaires qui, d’après lui, constituent à 75 % le nœud gordien de la crise politique. Il avait la confiance de 23 sénateurs et 88 députés pour se faire entériner au parlement haïtien.

Le sénateur du Sud Est pensait pouvoir renverser la vapeur. Il croyait être en mesure pour redresser la barque du pays, en instaurant un véritable gouvernement de cohabitation. Il estimait qu’il dispose les qualités requises pour pouvoir s’asseoir avec tous les acteurs pour dénouer la crise politiques qui gangrène le pays depuis plus d’un an.  

L’animal politique dit vouloir hypothéquer son avenir politique pour éviter un éventuel chaos dans le pays. Après la décision du chef de l’État, il se dit plus que jamais accroché avec son mandat de 6 ans qui prendra fin en 2023 et qui est sa seule garantie pour rester en vie sur l’échiquier.

Joseph Lambert prévoit une situation de turbulence à nul autre pareil sur le pays dans les jours à venir. « Je ne vois pas comment Jovenel Moise va s’en sortir. Le président ne pourra pas répondre à ses échéances pressantes. Il n’a pas d’autorité pour le faire tout seul », a-t-il fait savoir, ce mardi dans les micros de la Radio Scoop FM, à l’émission Haïti débat.

Nous avons raté, poursuit le parlementaire, l’occasion pour entrainer le pays sur le chemin de la stabilité. J’ai l’impression que le président n’est pas conscient de sa situation. Dorénavant, je suis dans l’opposition. Toutefois, je suis pour une opposition éclairée, constructive et positive.

Pour empêcher à Jo Lambert de s’incruster dans l’opposition, le président de la chambre basse, Garry Bodeau, lui demande de ne pas se précipiter. Il annonce une réunion avec le sénateur du Sud Est, Jovenel Moise, l’ancien président Martelly et Carl Murat Cantave en vue d’obtenir une solution. Selon lui, si Joseph Lambert s’investit dans l’opposition, il le rejoindra avec un groupe de 60 députés.

Mozard Lombard,

Journaliste/Rédacteur de la Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *