Home Actualités Haïti débat / Garcia Delva et le Sénat de la République : Accusé de connivence avec Arnel Joseph, le sénateur annonce une suspension d’activité au bureau de l’institution
Actualités - août 1, 2019

Haïti débat / Garcia Delva et le Sénat de la République : Accusé de connivence avec Arnel Joseph, le sénateur annonce une suspension d’activité au bureau de l’institution

Le sénateur du département de l’Ouest, Patrice Dumont, dans une lettre adressée au président du Grand Corps, le mercredi 31 juillet écoulé, demande à Carl Murat Cantave d’anticiper sur l’action judiciaire en invitant à son collègue Garcia Delva, accusé de connivence avec le caïd, Arnel Joseph, à arrêter de siéger comme membre du bureau et de s’abstenir de participer aux activités du Sénat. Moins de 24 heures après, l’élu de l’Artibonite annonce son indisponibilité comme Vice-Questeur à l’institution sénatoriale en attendant que la lumière soit faite sur la question.

Dans une lettre adressée au président du Grand Corps, Carl Murat Cantave, ce jeudi 1e août 2019, le sénateur de l’Artibonite, Garcia Delva, accusé de complicité avec le bandit notoire, Arnel Joseph, clame son innocence et laisse comprendre que son accusation s’inscrit dans une logique de politicaillerie.

« Le dernier coup de filet de la Police Nationale d’Haïti ayant conduit à la capture du chef de gang Arnel Joseph est malheureusement utilisé par des artisans de la politicaillerie pour tenter à tout prix de m’impliquer dans les activités criminelles de ce dernier », a exprimé l’ancien député de Marchand Dessalines dans son adresse à Monsieur Cantave.

Le sénateur, dans ce document, se victimise. Selon lui, il existe des groupes qui ne visent qu’à détruire sa personnalité et son nom, tandis qu’il cherche à apporter une pierre dans l’édification de la nation. Ces groupes, dit-il, qui font fi de la notion de la présomption d’innocence, bénéficient de l’accompagnement de tout un système dans leur sale démarche.

 « Ces groupes, qui ne visent dans leurs pratiques la personnalité, la personne et le nom de tous ceux qui cherchent à apporter une pierre dans la construction nationale, méprisent la notion de la présomption d’innocence et trouvent tout un appareillage institutionnel les aidant dans leur sale entreprise », a indiqué Monsieur Delva dans cette missive. Le sénateur s’est présenté comme un présumé innocent. Un présumé innocent n’est pas nécessairement un innocent. Car les enquêtes judiciaires peuvent enlever cette innocence. On est un innocent présumé tant qu’il n’y a pas de preuves. Le sénateur s’est innocenté par présomption pour dire qu’on ne peut pas l’accuser parce qu’il n’y a pas de preuve.

À en croire le parlementaire, il sursoit à son poste de Vice-Questeur au bureau du Sénat pour protéger  l’image de l’institution et préserver son honneur jusqu’à ce que la lumière soit faite sur le dossier.

« En vue de protéger cette prestigieuse institution et de sauvegarder mon honneur, je vous saurais infiniment gré de bien vouloir informer les autres membres du bureau et les honorables sénateurs de l’Assemblée de mon indisponibilité à continuer à siéger comme Vice-Questeur du bureau en attendant que toute la lumière soit faite autour de cette question », a écrit Garcia Delva au président du sénat, Carl Murat Cantave.

Les raisons évoquées par le sénateur pour justifier son indisponibilité ne tient pas debout. Le fait, pour le parlementaire, d’observer un moment d’arrêt à son poste de Vice-Questeur ne peut protéger l’image du Sénat. Pour protéger l’image de l’institution, ses membres devraient faire en sorte qu’ils aient un comportement constitutionnellement exemplaire. Le fait pour le sénateur de s’éloigner du bureau ne peut préserver son honneur. Son honneur ne peut se préserver que par ses actes. Si les faits reprochés sont vrais, ils ne pourront effacer. Car, les actions sont irréversibles.

Le chanteur joue le malin. La justice, nous explique le journaliste sénior Garry Pierre Paul Charles, ne peut rien décider contre lui en tant que sénateur. Il bénéficie de l’immunité parlementaire. Le directeur de la Radio télé Scoop croit que le Grand Corps doit le placer en quarantaine pour qu’il puisse se présenter devant la justice sans couverture.

Mozard Lombard,

Journaliste/Rédacteur de la Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *