Home Actualités Haïti débat / La convocation du président du Grand Corps : Quand le sénateur Carl Murat Cantave assume sa responsabilité pour faire avancer le processus de la ratification
Actualités - mai 30, 2019

Haïti débat / La convocation du président du Grand Corps : Quand le sénateur Carl Murat Cantave assume sa responsabilité pour faire avancer le processus de la ratification

Il était pressenti que la séance de la ratification annoncée pour ce jeudi 30 mai 2019 pouvait ne pas être réalisée ce matin en raison du climat de tension qui règne depuis quelques jours entre les sénateurs. Avant même l’heure fixée pour la tenue de l’assemblée, les 4 sénateurs, qui représentent l’aile dure de l’opposition, ont rudement saccagé la salle de réunion du Sénat de la République.

En vue de faire avancer le processus de la ratification qui empêche au pays de se sortir de cette impasse dans laquelle il est plongé depuis les événements du mois de février dernier, le président de l’assemblée nationale, Carl Murat Cantave, a convoqué les sénateurs ce Jeudi à 8 heures du matin. Il a annoncé, envers et contre tous, tout un train de mesures pouvant faciliter un bon déroulement de la séance. Il s’est appuyé sur sa foi en ses collègues pour débrouiller la crise qui rend la population encore plus vulnérable.

« Aujourd’hui, nous sommes face à l’histoire. J’ai foi en mes collègues. Le Sénat de la République est un lieu de débat, un lieu où le verbe domine, un lieu où l’arme de la dialectique doit l’emporter sur la force des armes », a signifié Carl Murat Cantave dans les micros de la Radio Scoop FM, lors de la retransmission de l’émission Haïti débat du mercredi 29 mai 2019.

En tant que le Président du Sénat, poursuit le sénateur de l’Artibonite, je suis responsable de la sécurité du parlement. Nous avons confié la sécurité interne du parlement à la police parlementaire et la sécurité externe à la PNH. Nous avons pris toutes les mesures sécuritaires que de droit pour la réalisation de la séance.

« Le Sénat n’est pas le rara, le carnaval ni un ring de boxe. Aujourd’hui, nous devons mettre les intérêts politiques de côté pour attaquer les problèmes du pays », exige le président du Grand Corps, avant d’ajouter que nous sommes arrivés à une phase où nous devons voir d’abord la population au lieu de notre propre personne. 

Réagissant sur la décision du président de la haute chambre de convoquer les sénateurs ce jeudi pour la séance de ratification du cabinet du PM nommé, Jean Michel Lapin, le Sénateur du Nord-Ouest, Évalière Beauplan a affirmé que Monsieur Cantave joue sa dernière carte. Selon lui, ce dernier ne fait pas preuve de leadership.

« La décision de Cantave est une provocation envers nous les 4 sénateurs. Il se dote d’un pouvoir qu’il ne détient pas », a déclaré Évalière Beauplan, joint au téléphone au cours de l’émission.

Dans une intervention conciliante, le président de la chambre basse a fait appel au dialogue pour sortir le pays dans ce marasme politique. Pour aplanir cette crise sociopolitique, Gary Bodeau exige de mettre sur la table les duopoles, les monopoles, les leaders d’opinion, les hommes et les femmes d’affaires.

« Le dialogue dont je parle est un dialogue qui doit redéfinir l’appareil de l’État. Nous devons redéfinir notre cadre de vie. Il faut redéfinir le marché politique. Le président Cantave est pris dans un dilemme. J’invite Jovenel Moise à la réflexion », a indiqué le président de la chambre basse, tout en exigeant aux sénateurs de l’opposition de donner à Cantave la possibilité pour éviter le spectacle hideux.

« Nous devons remplacer la culture de la crise à la culture du compromis. Il faut que les autorités assument leur responsabilité pour améliorer les conditions de vie de la population », soutient le politologue Ené Val.

Mozard Lombard,

Communicateur Social,

Journaliste/Rédacteur de la Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *