Home Actualités Privert se retire complètement de l’accord du 6 février…
Actualités - avril 25, 2016

Privert se retire complètement de l’accord du 6 février…

Ce dimanche 24 avril, Haïti devrait organiser le second tour de la présidentielle, les législatives partielles et les élections locales, suivant l’accord paraphé entre Martelly et le Parlement, un jour avant la fin de son mandat.



//

Le 14 février écoulé, Jocelerme Privert, parlementaire dans l’âme, a investi le palais national au poste de Président Provisoire de la République, cette entente trouvée entre le président d’alors dont le mandat arrivait à terme a sauvé le pays d’une crise institutionnelle à nulle autre pareille.

Au plus tard le 14 mai à venir, le nouveau président élu pour les cinq (5) prochaines années devraient prendre les rênes du pays, malheureusement la crise persiste, l’exécutif et d’autres acteurs concernés s’attardent à former une commission d’évaluation électorale pouvant s’enquêter sur les joutes de 2015, un point qui n’a pas été signalé dans l’accord.

A peine arrivé, dimanche, d’un voyage à New York, où il participait à la signature d’un accord sur le changement climatique, Jocelerme Privert a évoqué l’idée d’organiser les élections en octobre prochain, car le pays ne peut pas se payer le luxe d’organiser deux (2) élections dans la même année, a-t-il lâché pour justifier implicitement sa prolongation.



//

La communauté internationale de son côté met la pression y compris les partisans de Jovenel Moise qui ont gagné les rues dimanche 24 avril pour exiger la publication du calendrier électorale. Ils étaient plusieurs à travers des rues de Port-au-Prince et de Pétion-ville. Le pire, les dirigeants de MOPOD n’ont pas écarté la possibilité de reprendre le mouvement de mobilisation, cette fois, pour réclamer le départ de Jocelerme Privert après le 14 mai de l’année en cours, date retenue pour l’intronisation du prochain président légitime.

Donc, après 120 jours soulignés dans l’accord, M. Privert garderait son fauteuil au Palais national. Déjà certains parlementaires plaident en faveur d’un nouvel accord politique.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.