Home Actualités Haïti débat : Haïti est devenue pire que la Syrie, la Libye et l’Afghanistan, verbalise Rony Timothée
Actualités - mai 11, 2022

Haïti débat : Haïti est devenue pire que la Syrie, la Libye et l’Afghanistan, verbalise Rony Timothée

La situation dHaïti continue de faire couler de lencre. Les signataires de laccord du 11 septembre continuent de se désolidariser du gouvernement dAriel Henry. Après le Collectif des Anciens Députés de lOpposition et Alliés (CADOA), cest autour de la plateforme des citoyens engagés dabandonner le navire.  

Nous avions signé l’accord du 11 septembre de bonne foi parce que nous avions pensé qu’il aurait pu donner des résultats. Le pourcentage le plus faible de cet accord n’est pas appliqué. Cet accord est dépassé. La situation est telle que la vie humaine est désacralisée en Haïti. Seul un consensus largement large peut donner les résultats recherchés, a déclaré le coordonnateur de la plateforme des citoyens engagés, Valéry Dutreuil Jacques, à l’émission Haïti débat, ce mercredi.  

Valéry Dutreuil appelle les acteurs au dialogue pour sortir le pays de la crise. Même son de cloche pour Rony Timothée qui lui a partagé le plateau de la Radio Télé Scoop, ce mercredi 11 mai 2022.

« Face à la situation que se trouve le pays, on doit sasseoir ensemble. Nous devons mettre nos intérêts de côté pour sauver le pays », a énoncé le porte-parole de Vive Haïti

Abondant dans le même sens, Valéry Dutreuil pense qu’aujourd’hui qu’il est vraiment venu le temps  de faire un sursaut patriotique pour retirer le pays du bourbier. « Nous, au niveau de la plateforme des citoyens engagés, nous nous sommes désolidarisés de laction gouvernementale », a-t-il fait savoir dans la foulée.

Autant que Me Dutreuil Jacques, Rony Timothée désapprouve le gouvernement d’Ariel Henry. Après l’assassinat de Jovenel Moise, souligne-t-il, le problème de la faim, de la misère, de l’insécurité, du kidnapping, de la gangstérisation du pays augmente. Nous sommes devenus pires que la Syrie, la Libye et l’Afghanistan. Aujourd’hui, nous devons reconnaitre que nous avons une Haïti que nous n’avions pas souhaité avoir. Par rapport à la situation actuelle du pays, la priorité devrait être la sécurité.

Mozard Lombard,

Éditorialiste chez Radio Télé Scoop,

Tél : (5090 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.