Home Actualités Haïti débat : Pierre Raymond Dumas déplore la faiblesse des institutions haïtiennes dans ce contexte de débat sur le mandat des sénateurs
Actualités - janvier 10, 2022

Haïti débat : Pierre Raymond Dumas déplore la faiblesse des institutions haïtiennes dans ce contexte de débat sur le mandat des sénateurs

Le professeur Pierre Raymond Dumas déplore la situation de faiblesse des institutions du pays, ce lundi 10 janvier 2022, un jour qui se faisait beaucoup attendre en Haïti, comme date butoir pour le renvoi du tiers du Sénat. Monsieur Dumas attire l’attention sur l’extrême gravité de la crise haïtienne et la nécessité de doter le pays d’une équipe gouvernementale avec des membres idéalement choisis.

Ce qui nous fait défaut, dit-il, à l’émission Haïti débat, ce lundi, ce sont les institutions. La constitution n’est jamais appliquée. Avec ce niveau d’aggravation de la crise, nous avons besoin d’un gouvernement idéal.

Je crois que quand on a une population qui est prise en tenailles entre la misère et l’insécurité, il faut s’attendre à tout. J’ai horreur de la transition qui traduit une sorte d’expression d’échec, a renchéri l’ancien ministre de la culture et de la communication.  

Pierre Raymond Dumas croit que le contexte actuel du pays n’est pas approprié à la réforme constitutionnelle qui est dans l’agenda des acteurs. Attirant les regards sur la situation du moment, l’homme de lettre s’en prend à la mauvaise pratique démocratique haïtienne. Cette démocratie, indique-t-il, que nous avons en Haïti a donné lieu à l’insécurité, la misère, le kidnapping. Le pays ne peut continuer sur cette voie.

Le journaliste sénior recommande aux acteurs d’emprunter la route des élections le plus vite que possible, dit-il, pour renouveler le personnel politique. Il encourage les responsables, par ailleurs, à être plus sensibles à la situation de la grande majorité du pays qui vit dans des conditions faméliques.

Mozard Lombard,

Éditorialiste chez Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *