Home Actualités Pour que le Lycée national de La Saline regagne ses locaux
Actualités - décembre 15, 2021

Pour que le Lycée national de La Saline regagne ses locaux

Dans l’idée de faciliter que le Lycée national de La Saline puisse reprendre, dès janvier prochain, ses activités dans ses propres locaux, le ministre Nesmy Manigat a reçu, ce mercredi 15 décembre 2021 le directeur, des enseignants de cet établissement scolaire public et quelques notables de la communauté.

Au cours de cette rencontre, il était important pour le ministre d’entendre cette délégation sur ce qu’il conviendra de faire, au plus vite, dans le but de ramener élèves, enseignants et personnel administratif sur leur vrai site de travail qu’ils ont été forcés de quitter en 2018. Car, en raison de la violence des groupes armés, les responsables ont été contraints de repartir l’effectif du Lycée national de La Saline à l’Ecole nationale République du Canada, à Delmas 3, et au Lycée Toussaint Louverture, à Port-au-Prince.

Identification des besoins

Pour inscrire ce retour dans la réalité, la délégation de La Saline conduite par Ralph Vladimir Rameau, le directeur du lycée, décrit l’urgence d’assainir les locaux et l’environnement immédiat de cette institution scolaire ; de remettre en état le bloc sanitaire, l’infirmerie ; de donner un plat chaud au quotidien aux élèves sans oublier la nécessité de compléter le mobilier et d’organiser des activités socio-culturelles et créatives pouvant contribuer à l’épanouissement émotionnel des élèves.

De l’avis du titulaire de l’Education nationale, une fois tous les besoins déclinés, tout sera mis en œuvre dans l’idée de permettre au Lycée de regagner ses locaux dans de meilleures conditions pédagogiques, sanitaires, écologiques et sécuritaires.

De La Saline, il faut envoyer un signal encourageant

Comme second animateur de cette rencontre, l’inspecteur général Louis Fritz Dorminvil, chargé au cabinet du ministre du dossier des écoles situées dans les zones gagnées par la violence armée, estime qu’en facilitant ce retour, le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnel(MENFP) va envoyer un signal fort aux autres écoles de la zone qui ont dû relocaliser ailleurs leurs activités.

La reprise progressive, mais assurée, des activités scolaires dans les zones dites de non-droit, constitue l’un des trois axes d’actions prioritaires du ministre Nesmy Manigat. C’est dans cette optique qu’il avait organisé quatre jours après son installation une réunion avec une quarantaine de directeurs d’écoles de Cité-Soleil, La Saline, Bel-Air et de Martissant en vue d’une compréhension plus étudiée de ce dossier brulant.    

Idson Saint-Fleur

[email protected].fr        

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.