Home Actualités Haïti débat : Les décrets présidentiels, pris pour effrayer et contenir les manifestations, ne sont ni légitimes ni légales, déclare Youri Latortue
Actualités - décembre 18, 2020

Haïti débat : Les décrets présidentiels, pris pour effrayer et contenir les manifestations, ne sont ni légitimes ni légales, déclare Youri Latortue

Youri Latortue désapprouve les décrets pris par le président de la République portant Création, Organisation et Fonctionnement de l’Agence Nationale d’Intelligence (ANI) et pour le renforcement de la sécurité publique. Ces décrets, pris pour effrayer et contenir les manifestations, ne sont ni légitimes ni légales, indique-t-il.

Participant à l’émission Haïti débat de ce vendredi 18 décembre en cours, l’ancien sénateur de l’Artibonite, Youri Tatortue, déboute les décrets présidentiels, publiés dans le Journal Officiel Le Moniteur, le 26 novembre dernier.

Le président, explique le leader du parti AAA, a pris les décrets non pas selon la constitution ni la jurisprudence, mais selon la coutume. Je pense que ces décrets ne vont pas durer. Ils n’ont, non seulement, pas de légitimité, mais aussi de légalité.

Fustigeant le document présenté par le chef de l’État, Monsieur Latortue soutient que le service d’intelligence est nécessaire pour la sécurité publique du pays. Rappelant l’existence dans le budget national de ce service d’intelligence qu’évoque le président, l’homme de loi exige de rapporter l’article créant l’ANI.

« Le service dont il parle existe déjà dans le budget. La question de l’ANI est très mal pensée. Celle-ci va être une source de désordre. Elle ne sera pas efficace. On doit la rapporter. Il faut la repenser. Elle est mal fagoter », a-t-il fait savoir.

« Je crois qu’il y a un travail de correction qui doit être fait au niveau de l’existant. Ces décrets ont été publiés pour effrayer la population. Le pouvoir a peur des manifestations. Avec ces décrets le BINUH, qui est là pour faire respecter les droits humains, n’existe plus  », a renchéri le docteur en droit, soutenant que l’opposition politique haïtienne n’est pas divisée.

L’opposition, dit-il, s’entend sur deux (2) choses : la date constitutionnelle de départ du président Jovenel Moise fixé pour le 7 février 2021 et la transition.  

Mozard Lombard,

Éditorialiste chez Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *