Home Actualités Le jeu du chat et de la souris entre le pouvoir et l’ANADIPP continue
Actualités - juillet 15, 2020

Le jeu du chat et de la souris entre le pouvoir et l’ANADIPP continue

Depuis le début de la semaine, des gens se bousculent  dans des pompes à essence pour se procurer du diesel dont la rareté se fait sentir. Le ministre du commerce et de l’Industrie, Jonas Coffy qui a effectué une visite surprise mardi dans des stations d’essence,  a rejeté l’hypothèse  d’une rareté de diesel dans le pays. Le gasoil est bel et bien disponible, a fait remarquer  M. Coffy en marge de cette tournée d’inspection effectuée au cours de laquelle au moins deux personnes ont été arrêtées.

Entre l’État et l’Association nationale des distributeurs de produits pétroliers (ANADIPP), les violons ne s’accordent pas quand il faut aborder le sujet brulant qui est la pénurie des produits pétroliers. Tantôt, c’est le pouvoir qui accuse les patrons des pompes à essence de stocker les produits pétroliers pour en tirer profit, tantôt, c’est l’autre camp qui responsabilise l’État.  

Intervenant sur une station de radio de la capitale, David Turnier, président de l’ANADIPP apporte des précisions sur la question. « Il n’y a pas de pénurie de la gazoline mais les commandes du diesel ne sont pas honorées à temps. Cela arrive que certaines stations de service ont en leur possession les deux produits, d’autres en petite quantité de stockage, d’autres n’ont rien du tout », a précisé M. Turnier qui n’a pas évoqué de pénurie totale du diesel.

David Turnier dément l’information faisant croire que les patrons ont provoqué cette rareté en stockant les produits pétroliers pour en tirer profit. « Je vois mal un propriétaire de station de service dont sa mission consiste à acheter pour vendre ce produit ne l’écoule pas. C’est dans la vente qu’on peut générer de revenus », se défend le président de l’ANADIPP, garantissant qu’à aucun moment de la duree l’ANADIPP n’a lancé un mot de d’ordre pour stocker les produits pétroliers. David Turnier estime que les tentatives du pouvoir de les responsabiliser n’ont aucun sens. Pour lui, c’est tout à fait normal qu’une station de service ayant d’autres activités connexe utilise une réserve pour sa propre consommation. Sur le marché noir, il croit que la justice doit sevir contre les coupables pris en flagrant délit

Michelson Césaire

Rédacteur de Radio Télé Scoop

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *