Home Actualités Libre édito / Conférence à la Nonciature : Entre la recommandation des signataires de l’accord de Marriott et celui de Kinam, laquelle profitera-t-elle à la population ?
Actualités - janvier 30, 2020

Libre édito / Conférence à la Nonciature : Entre la recommandation des signataires de l’accord de Marriott et celui de Kinam, laquelle profitera-t-elle à la population ?

Si la tension est baissée en Haïti, la population ne s’est pas encore libérée. La mobilisation est certes brisée. Mais, le peuple haïtien est terrorisé. Un climat de terreur s’installe dans le pays. L’insécurité bat son plein. Les gangs armés continuent de faire la loi. Au cœur de la capitale haïtienne, le Bicentenaire devient un défi pour les autorités.

Pour endiguer la recrudescence de l’insécurité dans le pays, les forces de l’ordre ont mis plusieurs malfrats sous les verrous. Cela n’améliore pas la situation. Au contraire, les agents de la police deviennent les cibles des bandits. Au cours du mois de janvier 2020, près de six (6) policiers ont été tués. Ce cortège d’exécutions n’épargne personne. Il a emporté la vie à une légion d’écoliers. On ne cesse de massacrer les citoyens. Le dernier théâtre enregistré a été perpétré à la cité de l’éternel et de dieu.

Le climat d’insécurité qui règne dans le pays ne se réduit pas seulement à cas d’assassinats. Le phénomène de kidnapping est rejailli. Ce jeudi on annonce l’enlèvement d’un prêtre catholique à Delmas 2.  

La recrudescence de l’insécurité aggrave la situation de la population engluée dans la panade.  Le taux d’inflation grimpe cette semaine. Le dollar américain passe aujourd’hui à 95 gourdes. Pour s’échapper de la misère, des citoyens s’embarquent vers l’étranger. Une embarcation haïtienne a été interceptée cette semaine au large des Iles Turcs And Caïcos par les autorités de la garde côte américaine.

Le pays est empêtré dans une crise politique. Il est illégalement gouverné depuis environ un an. Nous avons un gouvernement démissionnaire depuis mars 2019. En vue de débrouiller la crise, à l’initiative du président de la République, certains acteurs et quelques secteurs de la société civile, une conférence politique se déroule depuis mercredi à la nonciature apostolique.

Le secteur démocratique a boudé cette causerie. Le porte-parole du secteur, Me André Michel, dit rejeter la réunion pour préserver sa cohérence, c’est-à-dire la revendication de départ de Jovenel Moise du pouvoir. Pour lui, cette assemblée ne vise que la préservation du quinquennat du président de la République et la formation d’un gouvernement. La politique ne vise pas l’intérêt personnel, mais de préférence l’intérêt collectif. C’est un jeu de compromis. Le compromis ne s’obtient qu’à travers les négociations.

Plusieurs partis signataires de l’accord de Marriott, comme la fusion, l’OPL, ont été représenté à la conférence. Traités de traitres, ils continuent d’exiger la démission du chef de l’État, Jovenel Moise, du pouvoir.

De même que ces structures de l’opposition, des organisations proches du pouvoir ont répondu à l’appel. Contrairement aux partis de l’opposition, les représentants des organisations qui ont signé l’accord de Kinam recommandent de maintenir Jovenel Moise au pouvoir et de former un gouvernement d’union nationale. Entre la recommandation des signataires de l’accord de Marriott et celui de Kinam laquelle profitera-t-elle à la population ?

Mozard Lombard,

Éditorialiste de la radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *