Home Actualités Haïti débat / La Natcom et la destruction de la production de riz dans l’Artibonite : Le député de Saint Marc, Samuel D’Haïti, exige l’arrestation de son directeur général
Actualités - juillet 26, 2019

Haïti débat / La Natcom et la destruction de la production de riz dans l’Artibonite : Le député de Saint Marc, Samuel D’Haïti, exige l’arrestation de son directeur général

La riziculture dans l’Artibonite est en passe de se détruire. La production de riz dans le département, depuis quelques temps, est complètement affectée par une forte agglomération de rats dans la vallée. Face à ce phénomène d’agglutination de ce mammifère rongeur dans la région, le Ministère de l’Agriculture, jusqu’à date, reste passif. Les paysans sont délaissés. Le député de la commune de Saint Marc, Samuel D’Haïti, dénonce un complot de l’État haïtien et de la Natcom pour en finir avec la production nationale.

Le président de la commission de l’agriculture de la chambre basse, Samuel D’Haïti, monte au créneau, ce vendredi 26 juillet 2019, pour dénoncer la complicité de l’État haïtien avec la Natcom dans la dévastation des rizières par des rats dans la vallée de l’Artibonite.

Ce phénomène, explique le député, est remarqué depuis l’introduction par la Natcom de trois tonnes de semence de riz appelée Jasmine 85 dans les départements de l’Artibonite, du Sud et du Nord Est sans aucune autorisation du Ministère de l’Agriculture. Cette graine, précise-t-il, est une variété aromatique. Cela veut dire, elle dégage une odeur qui attire les mammifères rongeurs.

« Selon l’ancien directeur Général de la douane, les trois tonnes de cette semence de riz ne sont pas passées par l’institution douanière. Ainsi, nous pouvons dire qu’elle nous est parvenue par contrebande », a formulé Monsieur D’Haïti, lors de la retransmission de l’émission Haïti débat de ce vendredi 26 juillet.

Les paysans de la vallée, poursuit le parlementaire, ont déjà déposé une plainte au parquet de Saint Marc contre la Natcom et l’État Haïtien. Le juge qui se charge du dossier, Exumé Fleurimont, a envoyé deux mandats de comparution  au directeur de cette compagnie téléphonique, l’un le 27 décembre 2018 et l’autre le 25 janvier 2019. Le directeur jusqu’à date ne s’est pas encore présenté.

À en croire le président de la commission de l’agriculture de la chambre basse, la Natcom use de tous ses moyens pour ne pas dédommager les paysans. Elle s’engage dans une vaste opération de corruption dans le département depuis quelques temps. De concert avec la fondation Louise Gabriel, dirigée par le président du Sénat de la République, Carl Murat Cantave et sa femme, elle a procédé à la distribution des laptops et de l’internet, au milieu de ce mois de juillet dans plusieurs écoles et universités de Saint Marc.

Le juge d’instruction du dossier, Me Exumé Fleurimont, ajoute Samuel D’Haïti, dispose lui aussi d’une université. La Natcom y a installé des ordinateurs et de l’internet à son insu. Sitôt informé de cet acte, Monsieur Fleurimont a dépêché un juge de paix pour effectuer un constat. Voilà pourquoi nous exigeons l’arrestation du directeur de cette compagnie de téléphonie mobile.

Mozard Lombard,

Journaliste/Rédacteur de la Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *