Home Actualités Haïti débat / Interdiction de départ de Fednel Monchéry et Joseph Pierre Richard Duplan : Ces messieurs éclaboussent l’État, nous devons l’assainir, déclare Claudy Gassant
Actualités - juillet 24, 2019

Haïti débat / Interdiction de départ de Fednel Monchéry et Joseph Pierre Richard Duplan : Ces messieurs éclaboussent l’État, nous devons l’assainir, déclare Claudy Gassant

Le juge d’instruction au tribunal de première instance de Port-au-Prince, Chavannes Étienne, dans une lettre adressée à Monsieur Cianciulli Joseph, le lundi 22 juillet écoulé, demande au directeur de l’immigration et de l’émigration d’interdire les nommés Fednel Monchéry et Joseph Pierre Richard Duplan de laisser le territoire de la République par toutes les voies : aérienne, maritime et terrestre.

Chavannes Étienne exige leur déplacement à l’extérieur du territoire national après avoir pris connaissance de l’information préparatoire ouverte et menée sur le dossier de massacre de La Saline perpétré dans la nuit du 12 au 13 novembre 2018. Pour prendre cette décision, le juge d’instruction s’appuie aussi sur le rapport de la DCPJ sollicitant un mandat d’amener contre les deux inculpés.

Joint au téléphone, lors de la retransmission de l’émission Haïti débat de ce mercredi 24 juillet 2019, Me Claudy Gassant estime que l’exécutif a mis trop de temps pour réagir. Selon lui, le juge Étienne ne devait pas attendre si longtemps pour prendre cette résolution.

« Le gouvernement devrait les mettre à la disposition de la justice. Ces messieurs éclaboussent l’État haïtien. Nous devons l’assainir », a signifié Monsieur Gassant, avant d’enchainer que le gouvernement devrait prendre des dispositions pour les expulser de l’administration publique, jusqu’à la preuve de leur innocence.

« Moi, j’exige que la justice soit faite sur le massacre de La Saline. Au jour d’aujourd’hui, tout le monde doit s’engager pour empêcher la répétition de ces hécatombes dans le pays », exhorte l’ancien juge d’instruction.

Claudy Gassant croit qu’il n’est dans l’intérêt de personne de perpétrer ces massacres, de laisser à des gangs de gagner du terrain dans le pays. « Cette situation ne fait honneur à personne.  Aujourd’hui, il est temps de résoudre ces problèmes à travers la justice. L’État haïtien doit prendre des mesures pour faciliter le travail de la justice non seulement sur le massacre de La saline mais aussi sur le dossier Petro Caribe », recommande l’ancien commissaire près le tribunal civil de Port-au-Prince.

Mozard Lombard,

Journaliste/Rédacteur de la radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *