Home 5 Actualités 5 Haïti débat / La sélection nationale et la population : Sortis la tête haute, les grenadiers ont fait souffler un vent de bonheur sur le peuple haïtien enlisé dans une crise chronique

Haïti débat / La sélection nationale et la population : Sortis la tête haute, les grenadiers ont fait souffler un vent de bonheur sur le peuple haïtien enlisé dans une crise chronique

Nous avons constaté de bons signes, au combien nécessaires, pour un retour de la vie à la normale en Haïti. Le climat est marqué de préférence par la passion, l’exultation et la mobilisation qui laisse penser que la nation s’est libérée de la pression qui la caractérise depuis quelques temps.

Contrairement à la mobilisation liée aux derniers soubresauts inhérents à la crise multidimensionnelle qui nous plonge dans l’instabilité et dans l’incertitude la plus totale, vent debout, le peuple s’est mobilisé derrière les grenadiers qui viennent d’enchainer quatre victoires de suite dans le Gold Cup, avant leur élimination injuste face aux mexicains en demi final.

Les 12 derniers mois que vient de passer le pays ont été vécus dans des conditions de tension et de contraction. Durant près d’un an, le peuple haïtien a complètement perdu le goût de vivre. Connu surtout pour sa richesse culturelle, la société haïtienne, depuis les événements du 6 juillet 2018, est étouffée dans une série de révoltes populaires découlées de la précarité de la vie. Connu pour sa biophilie, la population vient de subir des moments de refoulement insupportable.

Aucun peuple ne peut s’épanouir dans l’étouffement et dans le refoulement. Nous avons étouffé et refoulé la vie. L’être humain ne peut se développer dans de telle condition.

Comme un messie, la sélection nationale a débloqué la nation. Les joueurs haïtiens ont apporté brusquement de la joie sur la terre haïtienne. Ils ont galvanisé un peuple qui est fortement attaché à ses traditions festives, comme le carnaval, le rara et la fête de Noel.

Les grenadiers viennent de recoudre le tissu social déchiqueté par la crise chronique qui gangrène le pays. Ils viennent de rassembler toutes les couches de la société en provoquant de la fièvre partout dans le pays. Gary Pierre Paul Charles croit que nous devons tirer les leçons de l’importance de l’unité nationale pour le développement de la société. La société haïtienne ne peut s’agrandir sans cette unité incontournable. Elle ne peut se développer dans la division.

La sélection nationale vient de réaliser une grande prouesse. Toutefois, nous devons tous admettre que nous n’avons pas réussi cet exploit parce que nous nous sommes investis dans le Football. Nous avons fourni ces résultats positifs grâce à la bonne volonté et la ferme détermination de toute l’équipe  sur laquelle la Radio Scoop FM a réalisé l’émission Haïti débat de ce mercredi 3 juillet 2019 pour dénoncer le manque d’investissement de l’État haïtien et du secteur privé dans le sport, qui est un grand pôle de développement.

Dénonçant, la pratique de l’organisation de compétitions sportives corporatives dans le pays, le directeur de la Radio invite le secteur privé à investir dans le Football haïtien. Il déplore l’absence de politique sportive en Haïti qui, selon lui, est reléguée à l’arrière-plan.

« On ne peut pas faire avancer le sport sans l’investissement. Le pays doit se décoller. Il est anormal d’enchainer des situations de crise et d’instabilité », énonce le politologue Ené Val, qui nous suggère de réfléchir afin de trouver une formule pour faire progresser Haïti.

« Le procès Petro Caribe doit se réaliser. La récupération de ce fonds peut nous permettre de construire des stades de standard international », nous recommande le juriste Campane Joseph.

Mozard Lombard,

Communicateur social,

Journaliste/Rédacteur de la Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

About Mozard Lombard

Mozard Lombard

Check Also

Haïti / débat : La désolidarisation de Sorel Jacinthe avec le pouvoir : Le sénateur de la Grand Anse joue sa survie

Les supporteurs du pouvoir en place continuent de s’en désolidariser. Après Réginald Boulos, qui côtoie …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *