Home Actualités Haïti/UEH/Crise à la Faculté de Médecine : La Police a reçu l’ordre de déloger à nouveau les étudiants contestataires
Actualités - septembre 9, 2009

Haïti/UEH/Crise à la Faculté de Médecine : La Police a reçu l’ordre de déloger à nouveau les étudiants contestataires

Les étudiants contestataires ont moins de 24 heures pour quitter le local de la Faculté de Médecine et de Pharmacie, sinon ils seront délogés et arrêtés par les forces de l’ordre, suivant une résolution adoptée en fin d’après de midi du mardi 8 sepetembre 2009, par le décanat de ladite Faculté et les chefs de département, a appris Scoop FM.

 On apprend également qu’une rencontre sur la crise à la Faculté de Médecine et de Pharmacie aurait eu lieu au Palais national (siège du Président), avec des membres du décanat, des responsables du conseil exécutif de l’UEH, durant les heures qui ont précédé cette résolution qui serait une « décision d’Etat ». 

Selon les conclusions de la résolution, un ultimatum expirant ce mercredi à 2 heures PM (heure locale) est accordé aux « occupants illégaux »  pour vider les lieux du local de la Faculté. 

Une requête a, en se sens, été adressée par le décanat de la Faculté à la Police nationale d’Haïti (PNH) pour procéder à la ‘’désoccupation’’ de l’espace de l’institution dans les premières secondes qui suivent l’expiration de l’Ultimatum. 

Pour asseoir sa décision, le décanat a avancé ce qu’il appelle « de graves menaces pesant sur la Faculté et le système de santé, du fait de la réoccupation brutale et illégale de l’enceinte de la Faculté et que l’autorité des responsables aurait été mise en cause face à cette situation. 

<<Ainsi, le décanat s’est référé à l’article 34 de la constitution stipulant ceci : « Hormis les cas de flagrant délit, l’enceinte des établissements d’enseignements est inviolable. Aucune force de l’ordre ne peut y pénétrer qu’en accord avec la direction desdits établissements », pour demander à la PNH de déloger de force les étudiants protestataires, selon note signée de la doyenne de la Faculté de Médecine et de Pharmacie, Gladys Prosper. 

Pour mener cette eventuelle opération, près de 300 policiers de diverses unités de la PNH auraient été mobilisés. 

Aux environs de 10 heures AM(heure locale) ce mercredi, des policiers étaient déjà en ambuscade dans les parages de la Faculté de Médecine et de Pharmacie, a constaté un jounaliste de Scoop FM. 

Un important dispositif de sécurité est déployé, bloquant du même coup toute voie menant dans la zone. 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *