Home Actualités Haiti/Education : Des agents de la PNH controlent le local de la Faculté de Médecine de l’UEH
Actualités - août 29, 2009

Haiti/Education : Des agents de la PNH controlent le local de la Faculté de Médecine de l’UEH

Le Conseil exécutif de l’Université d’Etat d’Haiti a autorisé la Police nationale a investi le local de la Faculté de Médecine de Pharmacie en vue de faciliter la réouverture de cette entité de l’UEH.

 Par ses décisions consignées dans une note d’infortion en date du 28 aout 2009, le Conseil après maintes considérations  dit rester convaincue que la faculté doit être libérée sans délai de toute occupation illégale et arbitraire. 

 De ce fait, il autorise la Police Nationale d’Haiti, à compter de la présente décision(28 aout 2009),  à prendre les mesures nécessaires en vue de la libération et de la protection de l’espace universitaire susmentionné. 

Le Conseil exécutif de l’UEH, estime que le local  Faculté de Médecine et de Pharmacie depuis le 27 avril dernier est occupé de force par un groupe d’étudiants au détriment du reste de la communaté des étudiants, du personnel, des professeurs et des usagers de ce service public. 

Le Conseil est d’avis aussi que la persistance  de cette occupation arbitraire et illégale, suivie de nombre d’éxactions graves et intolérables interrompt le fonctionnement régulier de ce service public d’enseignement supérieur avec une indécence d’une exceptionnelle gravité sur le fonctionnnement du système national de santé.

  Le directoire de l’UEH croit que ses décisions sont constitutionnellement fondees et qu’il est de son devoir de garantir la continuité de ce service public de l’Etat qu’est la Faculté de Médecine et de Pharmacie tout en  la soustrayant d’un péril grave et immine. 

Effectivement dans la nuit du vendredi 28 à samedi 29 aout, des agents de la PNH assistés d’un juge de paix ont investi le local de cette faculté. Les étudiants dénoncent de la manière la plus énergique ces décisions arrêtées par le Conseil exécutif de l’Université d’Etat d’Haiti.        

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *