Home 5 Actualités 5 Grande rencontre de « Fanmi Lavalas » à Mirebalais
maryse

Grande rencontre de « Fanmi Lavalas » à Mirebalais

marysePartisans et sympathisants du parti « Fanmi Lavalas » se sont réunis dans la ville de Mirebalais pour marquer la 22ème année de la montée au pouvoir de Jean Bertrand Aristide en 1990. Ce dernier symbolisait l’histoire d’un peuple assoiffé de liberté de penser et de s’exprimer.

Avec effervescence, 63% de l’électorat, malgré certaines tractations et des dérives électorales ont conduit le prêtre de Saint Jean-Bosco à la magistrature suprême de l’Etat.  Cependant, le rêve n’a pas duré.  En moins de deux décennies, il est deux fois exilé. 1991 sur une action forcée des militaires et 2004  sur la pression populaire. Le parti « Fanmi Lavalas » a, certes, traversé des périodes de dure labeur, mais il continue d’exister et veut contribuer dans la réflexion sur la conjoncture politique et la crise électorale actuelle.

Le Parti Fanmi Lavalas, n’entend pas laisser passer inaperçue la date du 16 décembre. Le Comité Exécutif du parti, s’est réuni, le dimanche 16 Décembre 2012, dans la ville de Mirebalais, pour une grande manifestation sous le thème « Nap rasanble poun vanse nan lespri 16 desanm lan ». Des partisans et  sympathisants de tout le pays ont déjà fait le déplacement. Ils étaient plusieurs milliers, selon certains observateurs. Interrogé à ce sujet, la coordonatrice de « Fanmi Lavalas », Maryse Narcisse, se félicite de la réalisation de cette rencontre dans le plateau central qui, fait-elle savoir, participe à  la volonté manifeste du parti de décentraliser leurs actions. «  C’est une rencontre d’évaluation et de Réflexion sur la situation du pays » a martelé la responsable.

Maryse Narcisse critique le dernier amendement de la constitution de 1987 qui, d’après ses propos, correspond à un enlèvement de toute forme de participation populaire dans la gestion de la chose publique.  Elle en a profité pour exprimer la position du parti quant à l’organisation des prochaines élections dans le pays. Elle plaide en faveur d’un Conseil Electoral Indépendant capable, dit-elle, d’organiser des élections honnête et crédible à travers le pays. C’est, entre autres, la condition posée par cette dernière pour la participation du parti « Fanmi Lavalas » aux élections législatives et des collectivités territoriales qui devront avoir lieu à une date jusqu’ici non encore déterminée et un processus électoral dans l’impasse.

Par ailleurs, Mirebalais n’a pas été le seul endroit où cette date a été célébrée. Entre autres, a l’initiative du député de Delmas/Tabarre, Arnel Belizaire des partisans et sympathisants du parti se sont réunis au Carrefour de l’Aéroport de l’aéroport pour une marche qui devait prendre fin au Champs-de-Mars. Cette célébration a été également, pour ces manifestants, le moment de réitérer leurs griefs  contre ce qu’ils appellent la mauvaise gestion du pouvoir en place. Une manifestation qui n’a pas été sans casse. Arrivée à Lalue, des jets de pierre ont occasionné le crache de   plusieurs vitres de voiture. D’après le député, Arnel Bélizaire, ces actes de vandalisme ont été l’œuvre d’individus envoyés par le pouvoir en place afin, dit-il, de discréditer le mouvement.

Brève  historicité

Ce dimanche 16 Décembre 2012 marque la 22ème année depuis que le prêtre de Saint-Jean Bosco, Jean-Bertrand Aristide a été Président de la République à près de 63% du suffrage universel. Pour le peuple haïtien, la montée au pouvoir de ce leader charismatique symbolisait la rupture avec une série de pratiques dictatoriales, de tortures, d’assassinats sommaires et de corruptions administratives. Elle symbolisait aussi pour le peuple, un rêve devenu réalité. Le rêve d’une réduction considérable du taux de chômage, d’une Haïti où toutes les conditions sont réunies pour les fils et filles de la nation d’avoir une vie normale à l’instar de tous les peuples libres de la terre.

Malheureusement, la journée du 30 septembre 1991 allait tout remettre en question avec le coup orchestré par les forces Armée d’Haïti (FAD’H). Le président est force de s’exiler pour les Etats-Unis. Apres maintes, négociations, pressions diplomatiques les militaires ont mis bas les armes. 15 Octobre 1994, le président rentré triomphalement au pays, pour terminer son mandat de près de vingt mille (20,000) Marines américains.  En 2004, il est une nouvelle fois contraint de laisser le pays, mais, cette fois-ci, sous forte pression populaire. Il est reçu en Afrique du Sud, où il a passé plus de trois années d’exil avec sa famille. 2010, en pleine période d’élection présidentielle, avec la clémence du pouvoir dirigé par le Président, René Garcia Préval, il obtient un passeport et revient au pays.

Réagir à cet article

About Scoop FM 107.7

Scoop FM 107.7

Check Also

Taxe de $ 186 imposée aux Haïtiens de la diaspora, Stéphanie Auguste précise

La ministre des Haïtiens vivant à l’étranger tente de dégonfler ce qu’elle appelle une rumeur. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *