Home 5 Actualités 5 Président Martelly gratte les talons de la Communauté Internationale dans le dossier de la reconstruction d’Haïti
martelly_2

Président Martelly gratte les talons de la Communauté Internationale dans le dossier de la reconstruction d’Haïti

martelly_2Le président de la république, Joseph M. Martelly, a ce samedi 25 Aout 2012, mis  à jour l’impuissance financière de l’Etat vis-à-vis à la situation précaire d’Haïti. Il s’est, toutefois,  félicité du travail de son équipe qui, poursuit-il, est motivé à bien conduire sa politique. Il a également dénoncé la communauté Internationale, qui n’a pas tenu globalement  ses promesses dans le processus de relèvement du pays.

Face à l’urgence du moment notamment des suites  du  passage du cyclone Isaac, qui n’a pas fait trop de dégâts, le président Joseph M. Martelly, reconnait que l’Etat haïtien ne dispose pas assez de moyens pour répondre entièrement aux exigences de l’heure. Selon le chef de l’Etat, des 13 milliards de dollars que nécessitait  Haïti dans le cadre de sa reconstruction,  seulement un milliards de dollars ont  été dépensé dans le pays. Joint au téléphone par le présentateur vedette de l’émission « Haïti Débat », M. Gary P. P. Charles, le 26 Aout dernier, M. Martelly, a pointé du doigt  la Communauté Internationale qui n’aurait, selon lui pas respecté ses engagements vis-à-vis d’Haïti.

Le président estime par ailleurs que la situation actuelle nécessite des solutions durables. Il cite en exemple, la situation des  personnes encore sous les tentes qu’il faut reloger dans des abris surs et durables. Toutefois,  reconnait-t-il, l’Etat ne pourra pas répondre à toutes ces urgences sans avoir des fonds disponibles. Il a, plus loin, critiqué la communauté internationale qui, avait promis 5 milliards des 13 milliards de dollars américains dont le pays avait besoin pour la reconstruction après le seisme du 12 Janvier 2010. Le premier citoyen de  la nation, avance que seulement deux milliards de dollars ont été décaissés. En revanche, poursuit-il, seulement un milliard  de dollars ont été  investis  dans le pays. Le reste, a-t-il fait savoir, est retourné à l’étranger à travers des compagnies qui étaient venues  pour réaliser certains travaux dont il n’a pas mentionné.

A partir de cette déclaration, le président veut-il retirer toute responsabilité du pouvoir qu’il dirige si rien n’est fait, jusqu’à présent ? Se pourrait-il que les caisses de l’Etat ne disposent pas assez d’argents pour répondre au minimum aux besoins  de l’heure ? Surtout, lorsqu’on considère la décision récente de la Ministre des finances, déclarant que l’Etat ne dispose pas de fonds pour accorder une augmentation de salaire aux  professeurs et aux  policiers. Ce dossier a même bouleversé le parlement haïtien qui avait déjà prévu cette augmentation dans le budget 2012-2013. Le président à travers cette déclaration veut-il indexer  la communauté internationale, si de grands travaux de reconstruction ne sont pas réalisés  dans le pays ?

Dès  son accession  au pouvoir, le chef de l’Etat, dans un discours,  avait promis que le pays sera un véritable chantier. Le centre ville de Port-au-Prince était le lieu choisi pour démarrer l’expérience d’une ville avec des constructions modernes. Une mesure que l’ex Président Préval avait prise sous la proposition de la fondation Prince Charles. A reproché l’équipe partant de mal gérer les fonds pour la reconstruction. Il était même question d’audit administratif sur les conditions dont certains contrats ont été avalisés par les responsables dès lors. Mais, maintenant, qu’en est-il ? Jusqu’ici aucun rapport, n’a jusqu’à présent été présenté pour éclaircir la lanterne de la population. Se pourrait-il ce dossier soit classé sans suite. Si oui, à  quelle fin ?

A entendre le Président, on peut pressentir qu’il y a anguille sous roche. Que cache le pouvoir en place ? Si on essaie de décortiquer la déclaration du président de la république, on dirait que le problème des gens qui sont encore sous les tentes n’est pas prêt d’être résolu. Car, l’administration va entamer des démarches au niveau de la communauté internationale pour trouver des fonds pour résoudre ces problèmes.

Le chef de l’Etat reconnait que l’urgence est de mise. Toutefois, affirme-t-il, l’Etat ne dispose pas d’assez de moyens pour répondre à certaines exigences du moment tels que le relogement  dans de meilleurs conditions  des personnes qui sont encore sous les tentes.

Réagir à cet article

About Scoop FM 107.7

Scoop FM 107.7

Check Also

Taxe de $ 186 imposée aux Haïtiens de la diaspora, Stéphanie Auguste précise

La ministre des Haïtiens vivant à l’étranger tente de dégonfler ce qu’elle appelle une rumeur. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *