Home Actualités Haïti/Politique : Michel Martelly prend le gouvernail
Actualités - mai 14, 2011

Haïti/Politique : Michel Martelly prend le gouvernail

Comme le veut la constitution, le président élu  a prêté serment le samedi 14 mai 2011 au cours d’une séance en assemblée nationale, Cérémonie déroulée également en présence des plus hautes autorités haïtiennes, de plusieurs délégations étrangères, de diplomates accrédités à Port-au-Prince et de représentants d’institutions internationales.

Dans le cadre de cette séance deux commissions mixtes parlementaires ont été constituées par le bureau de l’assemblée nationale  pour accueillir l’ancien et le nouveau président de la république.

Composée du sénateur Edwin Zeny et du député Marie Denise Bernardeau, les membres de la première commission avaient pour tâche d’accompagner  le nouveau chef de l’Etat et son épouse ; le sénateur Edmonde Supplice Bauzile et le député Francenet Denuis, de  l’autre commission, avaient pris en charge l’ancien président Préval et sa femme.

A l’ouverture de la séance, Rodolphe Joasil, le président de l’assemblée nationale a vu dans cette cérémonie de passation de pouvoirs un moment d’importance pour la démocratie haïtienne. Il a bien fait comprendre au nouveau président que le parlement entend se positionner comme un interlocuteur  valable tout en jouant son rôle de contrôle des actions du prochain exécutif.

Quelle panne d’électricité ?

Une panne d’électricité avait quelque peu contrariée la cérémonie de prestation de serment de Michel Martelly. Cela serait dû à une surcharge du groupe électrogène mis en service a fait savoir le sénateur Steven Benoit rapportant les propos de Fritz Jean-Louis, responsable du comité organisateur de la cérémonie d’investiture.

Michel Martelly a été obligée de prêter serment dans une salle éclairée par les flashes des téléphones. Le premier sénateur de l’ouest met cette historique panne d’électricité sur le compte de l’improvisation.

Les premiers mots du jour de Martelly

A la sortie du parlement haïtien après la prestation de serment, le président Michel Joseph Martelly accompagné de sa femme et de ses 4 enfants, avait pris le temps  de saluer certains députés. Dans une brève déclaration, à la presse le nouveau chef de l’Etat a repris certaines promesses faites lors de sa campagne électorale, notamment travailler en vue de mettre le pays sur les rails du développement. 

Le Te Deum

Le clergé catholique  haïtien au grand complet, le nonce apostolique de la République dominicaine, le représentant de Vatican à Port-au-Prince, le délégué da sa Sainteté le Pape Benoit XVI étaient présents au Te Deum, chanté de façon exceptionnelle pour cette  cérémonie passation des pouvoirs, sur la cour du Palais National.

Dans son homélie, Monseigneur Louis Kebreau a dénoncé la haine, la cupidité, le mensonge qui gangrènent la société haïtienne. Le prélat a dénoncé également l’affaiblissement de l’autorité de l’Etat, un Etat qui récompense l’appartenance politique et non la compétence, et qui met à mal les notions du bien commun et de l’amour de la patrie ; voilà pourquoi il a appelé à la réappropriation de la souveraineté et de l’identité nationales.

L’archevêque métropolitain du Cap-Haitien, plus loin, a fait état sur un ton critique de l’influence de l’international dans les affaires du pays ; cette influence est si précisée que Monseigneur Kebreau pense que le pays court le risque de devenir un produit mis aux enchères suivant les intérêts des amis étrangers.

 ‘’ Tet Ansanm  c’est la force de ce pays’’ avait lancé Monseigneur Louis Kebreau dans son homélie. Il a conseillé au président Michel Martelly de travailler en rassembleur en faisant appel aux Haïtiens et Haïtiennes sans distinctions économique et sociale.

Le président de la Conférence Episcopale Haïtienne a émis le vœu qu’avec l’arrivée de cette nouvelle équipe dirigeante qu’il n’y ait plus de chasse aux sorcières au sein de l’administration. Aussi, il a formulé le souhait que les projets prometteurs lancés par le gouvernement Préval-Bellerive puissent bénéficier de l’approbation du nouvel exécutif.

Premier discours du nouveau président

Pour son premier discours comme chef d’Etat, Michel Joseph Martelly a promis le changement à la population haïtienne. Avec tout le monde, il se lance à la quête de ce changement pour un nouveau pays.

Volontariste, M. Martelly dit croire pour sa part dans la détermination de des Haïtiens de travailler à ce changement.

Le pays dont rêve Michel Martelly  ne sera pas possible sans la création des conditions de sécurité à mêmes d’inciter les entrepreneurs à venir faire affaires en Haïti. Cette sécurité se voudra un gage de protection des vies et des biens de tous, sans exception aucune.

Ainsi, le président haïtien annonce qu’il ne va rien négocier avec les professionnels du désordre et des troubles; la police et  la justice sont appelées à ne pas leur laisser faire.

Le nouveau président, dans sa vision pour le pays, porte des projets axés entre autres, sur le relèvement du secteur agricole, l’appui à la classe moyenne considérée comme le moteur économique de tout pays. Il envisage de faciliter à ses mandants l’accès aux services sociaux de base.

A la communauté internationale M. Martelly  promet un nouveau leadership fondé  sur la bonne gouvernance. ‘’ A new Haiti is open for busness now’’ avait-il lancé à l’assistance.

Le sénateur Youri Latortue et le bilan de René Préval

Le deuxième  sénateur de l’Artibonite qualifie de maigre le bilan des réalisations de  l’ancien président de la république. Selon  Youri Latortue René Préval  durant  ses deux mandats à la tête du pays, n’a jamais pu  tenir ses promesses de campagne qui comprenaient notamment un dialogue constructif et l’organisation de bonnes élections.

Le président de la commission justice et sécurité  du sénat invite le successeur de René Préval à travailler à la consolidation des institutions, au renforcement des relations entre l’exécutif  et le parlement, a l’affermissement de celles entre Haïti et la communauté internationale, et de combattre la corruption  et  l’insécurité.

L’ambassadeur du Brésil et le nouvel exécutif

Présent à la cérémonie, l’ambassadeur brésilien accrédité en Haïti, a parlé des  nombreux défis auxquels le remplaçant de René Préval aura à faire face. Mais, dit Igor Kipman, le peuple haïtien ne sera pas seul, car la communauté internationale, le Brésil en tête sera toujours à ses côtés.

Partisans de Martelly

En signe de solidarité avec le nouveau Président Michel Joseph Martelly à l’occasion de son investiture à la tête du pays ce samedi 14 Mai, plusieurs milliers de personnes s’étaient massées devant le grillage du Palais National détruit l’an dernier. Pour la plupart de ces personnes disent miser beaucoup sur  la politique du nouveau président proposant  un changement radical dans le Pays, et exigent  des poursuites judiciaires contre  le ‘’désormais ancien président’’ René  Préval.

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *