Home Actualités Quel avenir pour les personnalités politiques haïtiennes accusées par le Canada de fomenter l’instabilité en Haïti, de financer les gangs, de blanchiment d’argent et de trafic de drogue ?
Actualités - novembre 21, 2022

Quel avenir pour les personnalités politiques haïtiennes accusées par le Canada de fomenter l’instabilité en Haïti, de financer les gangs, de blanchiment d’argent et de trafic de drogue ?

Le Canada déroule une bobine. Les autorités canadiennes désenveloppent un cordon de fossoyeurs de la nation. Alors que l’on impute la responsabilité de la destruction d’Haïti à la communauté internationale, les canadiens identifient et citent des démolisseurs, des naufrageurs du pays.

Le Canada désenroule en trois séries des destructeurs contemporains d’Haïti, un pays empêtré dans une crise sécuritaire sans précédent. Après le Président du tiers du Sénat, Joseph Lambert, l’ancien Président du Grand Corps, Youri Latortue, suivis du sénateur Rony Célestin, de l’ex sénateur Hervé Fourcand et de l’ancien Président de la Chambre des députés, Gary Bodeau, les autorités canadiennes annoncent des sanctions contre un ancien Président de la République, Michel Joseph Martelly, et deux anciens Premiers ministres, Laurent Salvador Lamothe et Jean Henry Céant.

Le Canada dénude des personnalités du monde politique haïtien, dépouille des administrations du parlement, de la primature et de la présidence. Le Canada dézingue la classe politique haïtienne de tout poil. Quel avenir pour les fossoyeurs notoires d’Haïti accusés de fomenter l’instabilité dans le pays, de financer les gangs, de blanchiment d’argent et de trafic de drogue ?

Le canada a dit tout haut ce que l’on dit tout bas dans le milieu haïtien. Si certains accusés se disent surpris des sanctions canadiennes et exigent des preuves comme défense, d’autres annoncent des recours en justice, d’autres encores se taisent, avalent la langue.

Le Canada, a-t-il changé de stratégie ? A-t-il choisi de dévoiler des naufrageurs au lieu d’envoyer des troupes en Haïti pour combattre le grand banditisme, la grande criminalité dans le pays ? Ou encore, a-t-il choisi de leur ôter le voile avant de venir en aide au pays meurtri, enlisé dans la boue ?

Mozard Lombard,

Éditorialiste chez Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]   

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *