Home Image Du Jour! Haïti débat/Pays lock: Les prix des denrées flambent sur le marché local
Image Du Jour! - septembre 21, 2022

Haïti débat/Pays lock: Les prix des denrées flambent sur le marché local

Le cours des produits comestibles était déjà élevés. Depuis le mouvement pays lock, il devient encore plus élevé, constate notre journaliste reporteur Emmanuel Méréna au niveau de plusieurs marchés publics.

Le constat est inquiétant, vu la situation de grande pauvreté de la population. Le cours de la grosse marmite de pois, qui avait connu une baisse après la révision à la baisse du dollar sur le marché des changes, est passé de 750 à 1000 gourdes dans des marchés publics de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince. La petite marmite passe de 100 à 150 jusqu’à 200 gourdes.

Le cours du sucre, toutefois, reste inchangé. La petite marmite et demie est toujours vendue au prix de 125 gourdes. Même constat pour la farine et le riz. Le paquet de spaghetti géant passe de 75 à 100 gourdes. Le prix de la petite boite de lait à l’eau qui a été revu à la baisse après la légère dépréciation du dollar est passé de 50 à 60 gourdes.

Certains produits comme le hareng saur, la morue, le poireau se raréfient sur le marché depuis le pays lock. Le pieds de poireau se vend à 25 gourdes. Les cind (5) gallons de l’eau passent de 50 à 100 jusqu’à 150 gourdes. Le galon de l’huile passe de 1400 à 1800 gourdes.

Le mouvement de pays lock initié en signe de protestation à la décision du Premier ministre Ariel Henry de plus que doubler les prix des produits pétroliers sur le marché local a eu pour conséquence de provoquer une flambée des prix des denrées en Haïti.

Comment serait les prix de ces produits alimentaires sur le marché après la mise en application des mesures prises par le gouvernement ?

Alors que le gouvernement augmente le cours du pétrole sur le marché local, ce produit est revu à la baisse aux États-Unis. Le gallon de gaz baisse de 5 à 3 dollars américains.

Le gouvernement haïtien avait renvoyé la rentrée des classes au début de ce mois de septembre au 3 octobre qui arrive dans moins de deux semaines pour manque de préparation des parents, ces derniers seront-ils prêts dans moins de quinze jours ?

Énomy Germain croit que les parents seront davantage retardés dans la préparation de la rentrée des classes.

Nous sommes en train, explique-t-il, d’assister à une inflation conjoncturelle. Cette situation est susceptible de nous conduire vers une croissance négative. Les parents seront davantage retardés dans la préparation de la réouverture de l’école. Même si le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle décide de maintenir la date du 3 octobre, les parents vont être obligés de reporter la rentrée des classes pour leurs enfants.

Mozard Lombard,
Éditorialiste chez Radio Télé Scoop,
Tél: (509) 3147-1145,
Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.