Home Actualités Haïti/Migration: 80% des personnes qui avaient fui l’Aire Métropolitaine après le séisme y sont retournées
Actualités - octobre 12, 2010

Haïti/Migration: 80% des personnes qui avaient fui l’Aire Métropolitaine après le séisme y sont retournées

Plus de 80% des personnes qui avaient quitté l’Aire Métropolitaine de Port-au-Prince pour d’autres régions du pays après le séisme du 12 janvier 2010 y sont retournées moins de quatre mois après la catastrophe.

C’est ce que révèlent les résultats d’une enquête sur la migration interne réalisée en septembre 2010 et qui seront présentés officiellement à l’hôtel Le Plaza, Salle Ste Thérèse, le mardi 12 octobre 2010, de 9 heures 30 am à midi.

La présentation sera assurée par le Représentant du Fonds des Nations Unies pour la Population en Haïti (UNFPA), M. Igor Bosc, et sera suivie notamment des commentaires de l’Ambassadeur de la République Dominicaine, M. Ruben Sillié, et du Doyen de la Faculté des Sciences Humaines, M. Hansy Pierre.

En plus des données sur la tendance de la migration dans l’Aire Métropolitaine après le tremblement de terre, l’enquête apporte des données plus générales concernant les pics migratoires dans l’histoire récente d’Haïti. « Les périodes de plus forte migration vers l’Aire Métropolitaine sont avant février 1986, 2000-2004 et 1995-1999 ».

L’enquête renseigne sur la situation socioéconomique et démographique des migrants et non migrants au niveau des camps (de déplacés/ées) et des quartiers de résidence, les principales causes de la migration ainsi que sur la perception des migrants vis-à-vis des zones d’origine et de destination.

L’enquête explore par ailleurs la grille de lecture des migrants quant à l’évolution de la situation socioéconomique du pays. C’est ainsi que près de 60% des migrants estiment que leur situation est pire qu’avant la migration. 20% envisage de laisser l’Aire Métropolitaine durant les cinq prochaines années tandis que plus de la moitié choisira, dans le cas d’éventuelles migrations, de se rendre à l’étranger.

Par la masse d’informations qu’elle fournit, cette enquête du Fonds des Nations Unies pour la Population peut orienter la prise de décisions en faveur de la population de l’Aire Métropolitaine et du pays en général.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *