Home Actualités Haïti débat : Ronsard St Cyr, Dieudonné Lhérisson et kington Louis prônent le dialogue et dénonce un discours mensonger de l’opposition
Actualités - février 5, 2021

Haïti débat : Ronsard St Cyr, Dieudonné Lhérisson et kington Louis prônent le dialogue et dénonce un discours mensonger de l’opposition

Des acteurs proches du pouvoir, Ronsard St Cyr, Dieudonné Lhérisson et kington Louis dénoncent un discours mensonger qui jette de la confusion dans l’opinion publique haïtienne des protagonistes de l’opposition sur le mandat du chef de l’État, Jovenel Moise. Ils appellent toute la classe politique au dialogue pour sortir le pays de la crise politique qui tourmente la société.

Ronsard St Cyr, Dieudonné Lhérisson, Kington Louis expriment, ce vendredi 5 février en cours, à l’émission Haïti débat, la nécessité de réaliser un dialogue inter-protagoniste/parti et sectoriel pour débrouiller la crise politique qui bourrasque le pays.

« Il n’y a pas d’autre issu. Il faut réaliser le dialogue. Nous n’allons pas le réaliser pour nous-mêmes. Nous nous sommes déjà échappés. Il faut penser à la situation de précarité de la population », a signifié le coordonnateur du Parti Nou Pare, Ronsard St Cyr qui dit persuader de la volonté du pouvoir de faire le dialogue.  

« La composition de l’actuel gouvernement résulte d’un dialogue déjà engagé par le président avec des acteurs et des partis politiques haïtiens », souligne l’ancien Ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales, interviewé par Ené Val et Campane Joseph.

Même son de cloche du côté du Secrétaire général de la Plateforme Nationale du Secteur Populaire Haïtien, Dieudonné Lhérisson, qui, particulièrement, dénonce un discours mensonger de l’opposition sur le mandat du président de la République, Jovenel Moise.

« Le président ne partira point. Les acteurs de l’opposition savent très bien qu’ils mentent. Le premier tour de l’élection du président Jovenel Moise a eu lieu le 20 novembre 2016. Le 2e tour avait été programmé pour le 17 janvier 2017. Élu au 1e tour, le président a investi ses fonctions le 7 février 2017. L’article 134-1 de la constitution amendée indique clairement que la durée du mandat du chef de l’État est de cinq (5) ans », argumente-t-il.

Nous autres au niveau de la PLANSPA, poursuit Monsieur Lhérisson, nous prônons un accord politique sur la question de la constitution et de l’organisation des élections générales crédibles, honnêtes et démocratiques. Mais, cela n’inclut pas le mandat du président.

« L’opposition politique exige une transition de deux (2) ans. Dans le mandat de quel président ces deux ans sortiront-ils », s’interroge le candidat à la députation pour la commune de Marigot.

Pour sa part, le directeur général du Centre National des Équipements, Kington Louis, souligne une confusion dans le débat brulant sur le mandat de Jovenel Moise. Il invite la population au calme insistant sur la durée de ce mandat.

Le président, dit-il, a un mandat de cinq ans. Quand un enfant est né, son âge commence à compter à partir de sa naissance. Le pays appartient à tous les haïtiens. Je demande à la population de rester en mode vigilance pour empêcher aux militants de le brûler.

Mozard Lombard,

Éditorialiste chez Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *