Home Actualités Scoop édito : Accroché à la propagande, l’État haïtien engage un dialogue de sourds avec la population autour de la pandémie du coronavirus
Actualités - avril 3, 2020

Scoop édito : Accroché à la propagande, l’État haïtien engage un dialogue de sourds avec la population autour de la pandémie du coronavirus

La pandémie du Covid-19 progresse de manière exponentielle. La maladie explose dans le monde. Près de 1 056 000 personnes sont contaminées par le nouveau coronavirus, au vendredi 3 avril 2020. Plus de 56 000 décès sont déplorés dans 181 pays à l’échelle planétaire.


Le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les plus graves. C’est le cas d’Haïti, privée de quasiment tous,  dont les autorités soutiennent 18 personnes testées positives, au vendredi 3 avril en cours.

Ils sont légions les citoyens haïtiens qui émettent des doutes sur la véracité des chiffres officiels, sachant qu’il n’y a pas suffisamment  de tests à la disposition du corps médical haïtien pour dépister la maladie et que le pays est dépourvu à la fois de ressources humaines et matérielles.

Depuis l’annonce des deux premiers cas confirmés, le pouvoir exécutif haïtien développe une stratégie de communication propagandiste fondée sur l’aide alimentaire et pécuniaire au peuple qui ne sera aucunement proportionnelle à la situation de grande pauvreté de la population. 3000 gourdes pour les citadins, 2000 pour les ruraux et un maigre kit de denrées ne peuvent en rien aider 1 500 000 personnes dans un pays de près de 11 000 000 habitants durant la période x de la pandémie sur le territoire national.

Plusieurs conférences sont réalisées pour informer et sensibiliser le peuple sur la problématique du coronavirus. La dernière en date fut celle du mardi 31 mars dernier où le président de la République questionnait théâtralement les ministres sur les dispositions prises.

Visiblement, les autorités haïtiennes ne manifestent pas une ferme volonté pour protéger la population. Elles attendent que la situation se dégénère en Haïti pour obtenir le soutien de l’international préoccupé par la pandémie sur son propre territoire. Les dirigeants haïtiens sont calmes et même trop calmes. Ils tuent le temps. La lenteur avec laquelle agissent les responsables nous intrigue. Elle nous porte à croire que l’éclatement de la maladie irait dans le sens de leurs intérêts, ignorant qu’ils peuvent eux aussi en faire les frais.

Lent et hésitant, l’État haïtien invite tout de même depuis quelques jours le peuple à respecter les mesures préventives via des spots diffusés dans les médias électroniques et numériques. Mais, dans l’indifférence la plus totale de la population.

Cette semaine, la Ministre de la Santé Publique et de la Population, Marie Gretta Roy Clément, a été l’objet de sévère critique, après la publication de sa photo prise en compagnie d’une représentante de l’UNICEF avec des récipients de capacité de 5 gallons. Les responsables pensent pouvoir sensibiliser le peuple par la propagande. Au lieu de rassurer le pays, ils alimentent les doutes et sèment la confusion dans la population. Le MSPP annonce avoir exéaté des patients qui ne se sont pas encore rétablis.

Alors que la population est butée comme un âne, les discours de nos responsables ne sont pas probants. Ils n’inspirent pas confiance. À date aucune information n’est transmise sur le personnel médical et paramédical disponible pour le traitement des malades avérés et des potentiels contaminés.

Mis à part l’Hôpital Universitaires de Mirebalais qui n’était pas préparé pour faire face à cette pandémie, les citoyens haïtiens ne sont pas informés sur les centres de soin appropriés, les endroits réservés pour la mise en quarantaine des cas suspects, les équipements de protection et de traitement disponibles pour contrecarrer la maladie en Haïti. La communication gouvernementale est nulle et inefficace. Elle ne pénètre pas l’indifférence, l’insensibilité et l’insouciance de la masse populaire par rapport à la pathologie.

En dépit de la grande explosion de la pandémie à travers le monde, le peuple haïtien ne se montre pas encore conscient de sa dangerosité. La  population a nié la maladie. Les mesures barrière ne sont pas observées. Les voitures de transport en commun sont toujours pleines. Les banques sont bondées. Une flambée de cas de contaminations est à craindre en Haïti.

Mozard Lombard,

Éditorialiste de la Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *