Home Actualités Haïti-Salaire minimum : Les députés approuvent les 125 gourdes
Actualités - août 19, 2009

Haïti-Salaire minimum : Les députés approuvent les 125 gourdes

L’assemblée des députés a finalement adopté mardi les objections du chef de l’Etat relatives à la loi ayant fixé le salaire journalier de l’ouvrier haïtien de la sous-traitance à 125 gourdes.

Sur 78 députés ayant participé à la séance, 38 ont voté en faveur des objections du président René Préval, 36 ont voté et 3 se sont abstenus. 

D’abord, un premier vote a eu lieu pour décider du sort du rapport de la commission affaires sociales à la chambre basse adopté le 4 aout dernier avec 55 voix  favorables lesquelles ayant recommandé un salaire médian de 150 gourdes.

29 députés avaient voté pour le rejet du rapport de la commission contre 28. 

Le député Steven Benoit annonce déjà qu’il va rencontrer des sénateurs, question de demander à ces derniers de voter dans le même sens que l’assemblé des députés. 

Le père de la loi sur le salaire minimum, qui estime toutefois que la décision finale adoptée par ses pairs est démocratique, dit regretter du fait qu’il ait été trahi par certains collègues. 

Le président de la Chambre basse, le député Levaillant Louis Jeune,  a estimé qu’il était temps de mettre un terme à ce débat qui, dit-il, a polarisé l’assemblée au détriment d’autres projets de loi.  

Le député Clédor Myril  a abondé dans le même sens que Steven Benoit, souhaitant que le Sénat de la République vote à son tour les 125 gourdes de façon à permettre aux ouvriers de la sous-traitance de bénéficier de cette augmentation avant la fermeture de cette session parlementaire. 

Pour sa part, la présidente de la commission des affaires sociales,  Gérandale Thélusma, a déclaré avoir fait abstention puisqu’elle n’a jamais cru dans les 125 gourdes encore moins dans les 200 gourdes. 

«Si la solution proposée par la commission était adoptée, le secteur ouvrier aurait pu bénéficier d’un surplus de salaire », a commenté Gérandhale Thélusma. 

Le président de l’Association des Industries d’Haiti (ADIH), Georges  Barrau Sassine, s’est félicité de la décision finale de l’assemblée des députés, qualifiant le vote de « grand pas dans la démocratie ». Georges Sassine a toutefois souhaité que des mesures d’accompagnement soient prises pour éviter que les 125 gourdes ne servent pas véritablement les ouvriers. 

Pour le moment les ouvriers sont dans l’attente de la décision du Sénat de la République qui devra se prononcer sur les objections du chef de l’Etat.  

Si l’assembée des sénateurs vote dans le même sens que les députés les ouvriers auront  les 125 gourdes, dans le cas contraire le salaire minimum restera à 70 gourdes. 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *