Home 5 Actualités 5 Le Courrier de Fonds-Rouge (2)

Le Courrier de Fonds-Rouge (2)

Martelly, Thimoléon et Soulouque

L’élection de Jacques Stevenson Thimoléon, de la circonscription de Petit-Goâve, à la présidence du bureau de la Chambre basse n’a pas été, en fait, une surprise. Tout a été décidé lors de la retraite pour la primaire organisée le week-end d’avant. Les autres prétendants à ce poste ont été contraints de s’effacer.

La majorité des membres du bloc Parlementaires pour la Stabilité et le Progrès(PSP) étaient persuadés ou mieux instruits de faire chorus derrière le député de Petit-Goâve, président déjà, de son état dudit bloc joliment dénommée « majorité présidentielle». Thimoléon était, sans conteste, le choix de Michel Martelly. Le président de la République ne l’avait nullement caché.

Le chef de l’Etat a besoin d’une majorité pour l’aider dans la gestion du reste de mandat. Une majorité qui pourrait endiguer certaines menaces politiques. Calmer le jeu. Ce qu’il veut n’est pas loin de la servitude.

Le président sortant du bureau, Jean-Tholbert Alexis, avait trop d’envol. Trop de liberté. Beaucoup trop d’aptitude à frayer lui-même son chemin. Dire ce qu’il pensait. Tracer les lignes de son propre projet politique en s’en foutant de ce que ce pensait le Palais national. Alexis n’avait pas raison sur tout, mais il n’a pas suivi Michel Martelly sur ses voies, certaines plus capricieuses que politiques. Dieuseul Simon Desras, une frange de l’opposition politique et de la société civile aidant.

Jacques Stevenson Thimoléon offre une autre garantie. Néanmoins, il ne doit pas être une marionnette, pour son honneur et celui de la Chambre basse. Pour l’équilibre entre les pouvoirs. Pour la démocratie. Qu’il sache assumer ses fonctions avec dignité et dans le respect des principes républicains.

Il sera d’une grande utilité pour la mise en place électorale que le Palais national aura à faire. Il aura à plaider la cause de certains élus qui voudraient obtenir le soutien politique et financier du camp Martelly pour les prochaines joutes électorales. Et le pouvoir exécutif a besoin d’un homme tout dévoué à sa cause pour ce management. Car, le grand challenge pour le président de la République et ses proches consiste à assurer un positionnement assez fort sur l’échiquier politique en remportant des succès aux prochaines élections, à tous les niveaux. Même s’il faudra jouer, par la suite, pour conserver la fidélité de certains opportunistes. Règle des profits et pertes.

En 1847, des sénateurs, ayant misé sur la modestie et la malléabilité de Faustin Soulouque, l’avaient élu président de la République. Ils avaient voulu prolonger la politique de doublure. Avec humour, le concerné leur avaient lancé : « Je saurais me conduire en chef ». En voulant se défaire des préjugés qui lui avaient été accolés, Faustin Soulouque avait trop fait. Il avait versé dans la tyrannie. La vengeance sociale. La vengeance politique.

Comme Soulouque, Thimoléon est de Petit-Goâve. Qu’il sache se conduire en dirigeant politique responsable. Qu’il sache se conduire en président de Chambre parlementaire bien imbu de sa mission et préparé à faire face aux demandes les plus incongrues.

Personne ne peut lui demander de renier son amitié avec Michel Martelly – il n’y a aucun mal à être proche ou ami d’un chef d’Etat. La politique est aussi question de partisans. Question de « moun pa », de clique, de clan. Question de coterie. Cependant, sans faire l’affaire des opposants politiques, sans se donner des coups, Jacques Stevenson Thimoléon aura à travailler pour mériter du respect et de la reconnaissance de la nation.

Il est jeune, entreprenant. Il dispose d’une solide assise économique – à voir ses affaires à Petit-Goâve. Ses ambitions politiques ne doivent pas contrarier les « aux champs » nationaux auxquels il aurait droit.

Qu’il sache se conduire en dirigeant épris d’une éthique de responsabilité, selon l’expression wébérienne consacrée.

C’est le pari que l’on fait sur vous Jacques Stevenson Thimoléon.

Pas de « soulouquerie ! » 

Idson Saint-Fleur,

[email protected],

[email protected]

 

 

Réagir à cet article

About Scoop FM 107.7

Scoop FM 107.7

Check Also

Le département d’État recommande l’arrêt du TPS…

Plus de 300 000 ressortissants de pays de l’Amérique centrale et d’Haïti, bénéficiaires du TPS, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *