usaid
Home Actualités L’inspecteur général de l’USAID met en lumière les manquements du processus de fourniture d’abris en Haïti
Actualités - mai 20, 2011

L’inspecteur général de l’USAID met en lumière les manquements du processus de fourniture d’abris en Haïti

usaidUn audit effectué par le Bureau de l’Inspecteur général (OIG) de l’USAID sur les efforts déployés par cet organisme américain  pour fournir des logements de transition en Haïti a été publié il y a quelques semaines et n’a pas encore reçu toute l’attention des médias. Le rapport, toutefois, est extrêmement accablant dans son appréciation des efforts du gouvernement américain pour fournir des logements, et représente la première tentative réelle de responsabilisation dans l’échec à constituer une provision suffisante de logements pour les personnes déplacées par le séisme.

L’audit examine les progrès sur les 16 subventions, totalisant 139 millions de dollars qui ont été attribués de Janvier 2010 à Juin 2010. Les principaux bénéficiaires de ces fonds ont été CHF International, Catholic Relief Services, World Vision et de GOAL Ireland. La liste complète des bénéficiaires est disponible dans le rapport.

L’enquête  a révélé que ces institutions [l’USAID / OFDA(Office of Foreign Disaster Assistance) bénéficiaires] ont terminé à seulement 6 pour cent des abris provisoires prévues  a la veille de la saison des ouragans de l’an dernier (Juin 2010). En Novembre 2010, seulement 22 pour cent des abris avaient été construits. Le rapport indique que les organismes  bénéficiaires de ces subventions ne seront pas en mesure de fournir tous les abris prévus en raison de “la hausse des coûts et  estimations de coûts initiales irréalistes.” Il ya aussi un manque à gagner de l’ordre de 65 pour cent dans les efforts de réparation des “14.375 logements peu endommagées par le séisme. “

L’inspecteur général a fait une série de recommandations à l’USAID, mais il note qu’aucune considération n’a été accordée aux recommandations 1, 3, 5, 6 et 7.” Il y a seulement sept recommandations.

Un facteur important dans le dépassement des coûts a été que l’USAID «ne donne pas de directives aux organismes bénéficiaires sur une conception de l’abri standard,” malgré le Cluster Shelter (dont, l’USAID est une partie prenante) ayant développé un modèle standard. Cela a conduit à une grande variation des coûts, retard dans la mise en œuvre et un certain nombre d’abris ne répondant pas aux normes internationales “Certains abris construits par ces institutions ne consistaient en rien de plus qu’une simple bâche placée sur un cadre en bois sans plancher,  portes ou fenêtres.”

Le rapport continue:

Les bénéficiaires haïtiens se sont plaints à ces institutions qu’ils craignaient pour leur sécurité tout en vivant sous ces tentes en plastique qui pourraient facilement être endommages avec n’importe quel objet tranchant. L’épaisseur de certaines bâches était si mince que la nuit les habitants à l’intérieur étaient visibles de l’extérieur. En outre, au fil du temps les feuilles de plastique (ci-dessous) étaient devenues très usées et il était peu probable  qu’elles soient conservées  pour les 3 années requises par  l’USAID / OFDA nécessaire.

La vérification note également que la façon dont les subventions ont été accordées a été problématique et a exclu les entreprises haïtiennes (pour en savoir plus sur ce sujet, cliquez ici):

USAID / OFDA a mis en œuvre le projet d’abris en acceptant les propositions de subventions non sollicités émis en vertu d’une dérogation pour la concurrence en raison de l’urgence de la nécessité, après le tremblement de terre. Ces subventions, qui ne permettent pas une participation importante de l’Agence,  n’avaient pas été (peut-être) le meilleur mécanisme pouvant permette  la  construction rapide  d’abris en fonction des couts effectifs et standardisés de  l’industrie. Si l’USAID / OFDA a utilisé des contrats pour la construction d’abris, il aurait pu prescrire la conception de l’abri et aurait pu donner aux entreprises locales haïtiennes la possibilité de participer.

Une autre question que cet audit soulève est le  retard à la douane, quelque chose qui a été largement rapporté par les ONG et d’autres groupes sur le terrain. Toutefois, selon  les  notes de cet audit, l’USAID / OFDA n’a pas réagi à ce problème. Le rapport continue:

Comme une agence de recrutement, de l’USAID / OFDA est responsable de la bonne gestion de ses prix. USAID / OFDA a connu des problèmes de douane en cas de catastrophe avant. Par exemple, les retards aux douanes ont été signalés lors de l’intervention après le tsunami à Aceh. Compte tenu de l’urgence de la fourniture d’abris pour les Haïtiens, les retards aux douanes auraient du être anticipés et la résolution rapide facilitée.

L’enlèvement des gravats est également souvent cité comme un obstacle à la construction d’abris provisoires, et de nouveau l’enquête a révélé de sérieux problèmes avec l’USAID / OFDA. Bien que responsables de l’USAID aient déclaré aux vérificateurs qu’ils n’avaient pas prévu les problèmes liés à l’enlèvement des gravats, les notes des IOG  montrent que seulement trois semaines après le tremblement de terre une concessionnaire de l’USAID en avait averti les responsables:

‘’Le principal facteur limitant pour la mise en place d’abris provisoires est la disponibilité de sites adaptés pour ériger des abris de transition. Cela déterminera le rythme plus que tout autre facteur’’.

Malgré cet avertissement, la vérification a révélé:

‘’L’USAID / OFDA n’a pas financé d’importantes activités d’enlèvement des gravats en relation  avec les subventions aux abris. Certaines subventions comprenaient des fonds pour l’enlèvement des décombres par des activités de Argent contre Travail, qui ne comprenaient pas des équipements lourds. Seulement en Novembre  2010,   l’USAID / OFDA avait signifié a CHF International une modification pour  l’utilisation d’équipements lourds pour enlever les décombres, et ceci  en liaison avec la construction d’abris dans un quartier de Port-au-Prince’’.

En outre, l’audit a révélé un contrôle insuffisant des  institutions partenaires de la part de l’USAID / OFDA. Alors que l’USAID  suit “le nombre de ménages bénéficiant de l’abri” ils n’ont pas réussi à suivre le “pourcenage de la population affecté ayant reçu ces abris, et le pourcentage du budget du projet consacré à la communauté locale.” Le troisième indicateur a été évoquée par l’USAID comme «le moins important des trois,” et “la plupart des  organismes bénéficiaires, soit ne l’avait pas comme objectif  ou n’avait produit aucun rapport sur cet indicateur.”

Peut-être la partie la plus étonnante de ce rapport est que, lorsque les sept recommandations ont été  formulées par l’inspecteur général, l’USAID / OFDA était en désaccord avec six des sept et n’a fait aucun commentaire sur l’autre. Plutôt que d’essayer de manière constructive à améliorer l’offre de logements en Haïti, ou de tenter de résoudre ces problèmes, l’USAID / OFDA  n’avait trouvé mieux comme réponse  : «nous n’avons rien fait de mal.”

Friday, 06 May 2011

CEPR: Center for Economic and Policy Research

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *