Home Actualités Haïti : l’ONU préoccupée par le retour surprise de Jean-Claude Duvalier
Actualités - janvier 18, 2011

Haïti : l’ONU préoccupée par le retour surprise de Jean-Claude Duvalier

L’ONU s’est déclarée mardi préoccupée par le retour surprise en Haïti de l’ancien Président Jean-Claude Duvalier, alors que le pays est confronté à une crise politique depuis la contestation des résultats du premier tour de l’élection présidentielle tenu le 28 novembre.

« L’arrivée dimanche dernier de Jean-Claude Duvalier à Port-au-Prince a été une surprise totale pour la Mission des Nations Unies, comme pour beaucoup de gens. Les raisons de ce retour soudain sont encore inconnues », a dit le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU lors d’un point de presse à New York.

« Nous sommes vraiment préoccupés de le voir refaire surface, particulièrement maintenant, à un moment crucial pour la stabilité du pays, alors que toutes les énergies sont concentrées sur la recherche d’un règlement à l’actuelle crise électorale », a-t-il ajouté. Il a rappelé que « Jean-Claude Duvalier avait fui son pays, il y a 25 ans, à cause du peuple haïtien, après 15 ans de dictature, dont beaucoup se souviennent comme un règne de terreur et de violations massives des droits de l’homme ».

De son côté, le porte-parole du Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, Rupert Colville, a souligné que le retour de Jean-Claude Duvalier « soulevait des questions en matière d’impunité et de responsabilité », rappelant « les considérables violations des droits de l’homme qui ont eu lieu en Haïti pendant les 15 ans où il était au pouvoir ».

Selon M. Colville, il n’est toutefois « pas clair si Haïti est en position d’arrêter et d’inculper Jean-Claude Duvalier ».

Selon la presse, M. Duvalier s’est dit prêt à aider son pays, plongé en pleine crise politique et sanitaire un an après un séisme dévastateur. Surnommé Baby Doc, il avait été propulsé à la tête du pays en 1971 à la mort de son père, François “Papa Doc” Duvalier, qui faisait régner un climat de terreur.

Aucun mandat d’arrêt n’a été rendu public à son encontre et aucune disposition légale ne l’empêchait de revenir dans son pays.

Son retour intervient au moment où Haïti est plongé dans une crise politique en raison de la contestation des résultats du premier tour de l’élection présidentielle tenu le 28 novembre. Ces résultats, dont l’annonce a été suivie d’émeutes, donnent en tête Mirlande Manigat, devançant de peu Jude Célestin, candidat soutenu par le président sortant René Préval.

Les experts de l’Organisation des Etats américains préconisent, sur la foi d’irrégularités « importantes » dans le décompte des voix, que Jude Célestin soit disqualifié et remplacé au second tour par le candidat arrivé troisième, le chanteur populaire Michel Martelly.

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *