Home Actualités Haïti-Choléra : La Minustah et l’Etat haïtien poursuivis ? Le nombre de décès franchit la barre de 650
Actualités - novembre 10, 2010

Haïti-Choléra : La Minustah et l’Etat haïtien poursuivis ? Le nombre de décès franchit la barre de 650

Le candidat à la présidence du parti ‘’Wozo’’, Me Garaudy Laguerre, a annoncé le mardi 09 novembre que son cabinet d’avocat a accepté de représenter les familles des victimes du choléra  dans le cadre d’une poursuite judiciaire par devant des instances nationales et internationales contre le gouvernement haïtien et la Mission des nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah).

Me Garaudy Laguerre a confirmé que des plaintes ont été déposées en son cabinet  par des parents de victimes de la maladie venus pour la plupart de Saut-d’Eau et des Gonaïves où la maladie semble se propager à une vitesse vertigineuse, [durant les trois derniers jours pas moins de 60 décès dus au choléra ont été recensés aux Gonaïves].

L’avocat, prétendant à la magistrature suprême d’Haïti, a dénoncé ‘’ la négligence’’ du gouvernement haïtien et les casques bleus de l’Onu dans la contamination du fleuve de l’Artibonite foyer de la maladie.

« Le peuple haïtien ne peut plus continuer à compter des cadavres dans de telles conditions. La justice lui doit être rendue », a déclaré Laguerre.

Plusieurs parents de victimes du choléra disent ne savoir à quel saint se vouer par rapport à l’extension de la maladie  dans plusieurs régions du pays. Ils appellent la communauté internationale à se prononcer sur la question.

Le dernier bilan de l’épidémie faisait état mercredi matin de la mort de plus de 650personnes et environ 10.000 hospitalisations.

Des conclusions d’analyses de laboratoire effectuées par les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) en collaboration avec le ministère haïtien de la Santé publique la souche de choléra qui fait rage en Haïti est similaire celles enregistrées en Asie du Sud.

Des experts en santé publique, dont Paul Farmer, envoyé spécial adjoint de l’ONU à Haïti, exigent une enquête approfondie sur l’origine de l’épidémie afin d’étudier particulièrement l’éventuelle implication des casques bleus de l’ONU originaires du Népal, où la maladie est endémique, dans l’importation de l’épidémie en Haïti.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *