Home Actualités Haïti/Deuil national en mémoire des victimes du séisme: le président Préval appelle la population à sécher ses larmes pour reconstruire le pays
Actualités - février 13, 2010

Haïti/Deuil national en mémoire des victimes du séisme: le président Préval appelle la population à sécher ses larmes pour reconstruire le pays

Des centaines de milliers d’Haïtiens se sont réunis vendredi dans des églises et sur d’autres sites a travers la capitale et dans d’autres régions du pays, à l’occasion de la journée de deuil national décrétée par le gouvernement haïtien, un mois après le tremblement de terre qui a fait plus de 217 000 morts.

Une cérémonie œcuménique en mémoire des morts, réunissant des chefs religieux de toutes les confessions, a été organisée devant l’Université Notre-Dame de Port-au-Prince.

Le même jour a été donné le coup d’envoi de trois journées de prière  au champ de mars près du Palais national (siège du président) effondré lors du tremblement de terre.

Le chef de l’Etat haïtien, René Préval, qui a participé a ces cérémonies a promis de trouver des solutions aux problèmes urgents de la population.

M. Préval a estimé que la peine des Haïtiens est trop lourde pour l’exprimer par des mots. « Séchons nos larmes pour reconstruire Haïti », a déclaré le président Préval.

« Haïti ne périra pas, Haïti ne doit pas périr. Je n’ai pas de mot pour parler de cette douleur immense. Peuple haïtien, aujourd’hui nous enterrons nos morts avec dignité, c’est dans votre courage que nous trouvons la force de continuer », a enchainé le président haïtien.

Le chef de l’Etat s’est également montré extrêmement préoccupé par la question du relogement des plus d’un million de sans-abri avant la saison des pluies en avril.

Sur l’épineux dossier du relogement des sans-abris, le secrétaire général adjoint des nations unies aux affaires humanitaires, qui en était à sa deuxième visite en Haïti depuis après le séisme où il a participé à la cérémonie œcuménique organisée en mémoire des victimes, a rejeté la thèse laissant croire qu’il s’agirait d’un manque d’efforts et de l’incompétence de ceux qui travaillent sur la question à en trouver une solution.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *