Home 5 Actualités 5 Plus d’une vingtaine de cas de choléra enregistrés à Anse-à-Pitres
Choléra en Haïti | Photo : justforeignpolicy.org

Plus d’une vingtaine de cas de choléra enregistrés à Anse-à-Pitres

Environ 26 personnes d’Anse-à-Pitres dont la majorité vient des sites Parc Cadeau I et II sont atteintes du Cholera. Selon les responsables du Centre de traitement du choléra (CTC) de cette commune frontalière, cette maladie aurait déjà causé la mort de 7 personnes.

Les cas de choléra ne cessent d’augmenter au CTC d’Anse-à-Pitres. Ce mercredi 11 novembre 2015, le centre compte 23 personnes infectées par le virus vibrio cholerae. 3 autres personnes qui étaient infectées ont déjà eu leur exéat.

« Nous recevons  des cas de choléra presqu’au quotidien. Hier, le centre comptait 19 cas. Après seulement 24 heures, nous sommes passés à 23. La situation peut dégénérer car le CTC n’est pas vraiment équipé pour accueillir un grand nombre de personnes. De plus, les moyens sont très limités pour empêcher que la maladie se propage dans les différentes localités de la commune. », explique le médecin en chef du centre.

Selon les observations faites, les infrastructures et matériels font défaut dans le centre. Pas assez de lits et le sérum oral est déjà en rupture de stock.

Les populations des sites de familles retournées de la République Dominicaine, notamment celles de Parc cadeau I et II sont les plus touchées par l’épidémie. Plusieurs cas sont recensés dans ces sites dont des cas de morts au cours de ces dernières semaines.

Le 7 novembre 2015 écoulé, Djobel Marcelin, un enfant de 10 ans du site Parc Cadeau I est mort du choléra. Actuellement, son père et sa mère reçoivent des soins au CTC.

Depuis quelques semaines, les habitants des sites Tête à l’eau, Fond Jeannette, Parc Cadeau I et II font face à des épidémies de Grippe, de fièvre, de maux de tête, de la conjonctivite, de diarrhées, de vomissement, etc.

Ces personnes revenues de force de la République Dominicaine vivent dans des conditions précaires. Elles vivent dans des taudis rapiécés de vieux morceaux de tôles et de tissus abimés.

N’ayant pas les  moyens de trouver de l’eau potable, ces ressortissant(e)s haïtiens boivent de l’eau de la rivière de Pedernales/Anse-à-Pitres. En absence de latrines dans les sites, Certains font leurs besoins physiologiques aux alentours de cette rivière ou à même le sol.

Le mardi 25 Octobre 2015, Marius Jean, 25 ans, du site Parc Cadeau II,  est décédé suite à une forte fièvre qui a duré une semaine.

Le GARR ne cesse de mettre l’accent sur la nécessité de relocaliser les familles rapatriées vivant sur les quatre sites dont deux sont érigés depuis environ 7 mois. Alors que les rencontres des différents acteurs humanitaires autour d’éventuels plans de relocalisation se multiplient et perdurent, la situation de ces familles se détériore. Qu’attend-on de pire pour intervenir ?

Qu’en est-il des autorités haïtiennes qui n’ont jamais cessé de clamer haut et fort être prêtes pour accueillir nos compatriotes dans la dignité ? Le GARR croit qu’il devrait y avoir célérité dans l’urgence. | Source : Garr-haiti.org

Réagir à cet article

About La Redaction - Scoop

La Redaction - Scoop
Scoop FM, TV & Website, une chaine de médias pour vous tenir informés – des journalistes compétents toujours au cœur des faits saillants – Scoop !

Check Also

Taxe de $ 186 imposée aux Haïtiens de la diaspora, Stéphanie Auguste précise

La ministre des Haïtiens vivant à l’étranger tente de dégonfler ce qu’elle appelle une rumeur. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *