Home Actualités Haïti débat : Le Département d’État américain a levé l’embargo d’achat d’armes qui pèse contre Haïti, la PNH va avoir les matériels d’opération nécessaire, informe GPPC
Actualités - juin 27, 2022

Haïti débat : Le Département d’État américain a levé l’embargo d’achat d’armes qui pèse contre Haïti, la PNH va avoir les matériels d’opération nécessaire, informe GPPC

La primature est abandonnée au bicentenaire. Dix juin dernier, les bandits du Village de dieu ont attaqué le Palais de justice sis au Boulevard Harry Truman. Ils ont saisi pas moins de sept (7) voitures, dont trois (3) en possession de la PNH. Cette attaque est un acte contre la sureté intérieure de l’État. Elle témoigne de la faiblesse de l’État, du gouvernement à assurer la sécurité du pays, déplore Garry Pierre Paul Charles, à l’émission Haïti débat, ce lundi.

Depuis tantôt un an, les chefs de gangs qui opèrent dans les parages du parlement haïtien exercent des pressions sur le Sénat. Ils exigent de fortes sommes d’argents. À chaque fois, le Sénat a toujours refusé. La dernière demande est venue du caid du Village de dieu. Celui-ci a appelé le questeur du Sénat, Ralph Faitière. Il lui exige 1 million de gourdes de rançon chaque mois. Le Président du Grand Corps a été informé de cette situation. Joseph Lambert a catégoriquement rejeté cette demande, rapporte GPPC.  

Depuis lors, des informations laissent croire que le gang du village de dieu va envahir le parlement. Ainsi, le parlement, alerte le PDG de la Radio Télé Scoop,  est en difficulté.  Le parlement est exposé. L’État, dit-il, se doit de le protéger.

Depuis l’échec de la police nationale, lors de l’opération du 5 mars 2021 au Village de dieu, les opérations policières se sont arrêtées dans ce secteur. Faute de moyens, les agents ont peur d’affronter les bandits mieux équipés. Ainsi, le gouvernement a organisé un Conseil Supérieur de la Police Nationale la semaine écoulée. Lors de ce CSPN, les autorités gouvernementales ont demandé au directeur général ai de la PNH, Frantz Elbé, de leur soumettre la liste d’équipements, de matériels nécessaires à l’opération. Cette liste a été soumise, a fait savoir GPPC.  

Il faut dire que l’État haïtien entreprend depuis pas mal de temps des démarches pour acheter des équipements à l’étranger pour la PNH.  Ces démarches n’avaient pas pu aboutir sous prétexte qu’Haïti était sous le poids d’un embargo d’armement.

Cette fois, seul l’Israël a accepté de vendre des armes à Haïti ; mais, à condition d’obtenir l’autorisation du Département d’État américain. Finalement, cette autorisation a été trouvée.

Le gouvernement a déjà versé 12 millions de dollar us pour l’achat de 20 chars blindés de niveau supérieur, d’armes, de minutions et de drones. La PNH va avoir des équipements nécessaires pour mener les opérations. Les chars blindés arriveront par avions dans environs une semaine sur le sol haïtien, informe Garry Pierre Paul Charles.

La crise sécuritaire d’Haïti est en discussion au conseil de sécurité des Nations Unies.  Deux grandes positions s’affrontent. Le chapitre 6 du conseil, défendu par les États-Unis, interdit d’envoyer des troupes en Haïti. Le chapitre 7,  soutenu par la Chine et la Russie, demande l’envoi des troupes pour rétablir la paix et la sécurité dans le pays meurtri.  Pour éviter une intervention chinoise et russe sur cette contrée de l’Amérique, l’embargo a été levé.

Cette information a été bien accueillie par le défenseur des droits de l’homme, Me Gédéon Jean. La crise haïtienne, nous explique-t-il, au téléphone, à l’émission, a une portée internationale. La sécurité est d’abord et avant tout une question de matériels. C’est une très bonne nouvelle. Mais, je ne sais pas si ce sera suffisant. Aujourd’hui, la population exige la sécurité. À côté de l’achat de matériels, il faut un veting au sein de la PNH.

Contrairement à Me Gédéon Jean, le Président du Parti AAA, Youri Latortue, croit que cette information entre dans une démarche pour mater la mobilisation entamée depuis quelques jours dans des départements du pays.

J’en suis hésitant. La Cour des Comptes peut-elle signer un contrat d’achat en 24 heures ? Ce contrat a-t-il été validé par la Cour des Comptes ? Pour moi, c’est une démarche entreprise pour casser la mobilisation. En ce qui nous concerne, nous poursuivons avec la mobilisation à travers le pays. Nous serons dans les rues du Cap Haïtien ce jeudi, a exprimé Youri Latortue.

Mozard Lombard,

Éditorialiste chez Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.