Home Actualités Scoop/édito/Conflit au sein du gouvernement haïtien : Ariel Henry négocie la tête des jovenélistes avec des ennemis déclarés de Jovenel Moise
Actualités - septembre 7, 2021

Scoop/édito/Conflit au sein du gouvernement haïtien : Ariel Henry négocie la tête des jovenélistes avec des ennemis déclarés de Jovenel Moise

Le Premier ministre Ariel Henry bifurque. Il joue des pieds et des mains pour maintenir un double rôle de président de la République et chef de la primature à travers un exécutif monocéphale.

Pour pouvoir rester seul au timon des affaires de l’État, Dr Ariel Henry est prêt à tout sacrifier, mêmes les défenseurs de la vision du feu président Jovenel Moise qui lui avait désigné pour être le chef de son gouvernement.

Incapable de débrouiller la crise politique qui gangrène le pays et de restaurer la sécurité sur le territoire national, Ariel Henry négocie la tête des jovenélistes au profit des opposants farouches de son désignateur.

Attaché à sa vision intéressée monocéphalique de l’exécutif, Ariel Henry entame des pourparlers avec des frondeurs essoufflés de Jovenel Moise qui ne veulent plus rester en dehors du pouvoir. Décapiter les jovenélistes de son cabinet, peut-il emmener à un dénouement de la crise ? Ariel Henry veut-t-il vraiment aider Jovenel Moise à trouver justice ? Les adversaires de Jovenel Moise s’intéressent-ils vraiment à sa justice ?

Pour obtenir gain de cause dans le débat houleux sur le modèle de l’exécutif à adopter dans ce contexte de crise particulière en Haïti, la tête du ministre des affaires étrangères et des cultes, Claude Joseph, du ministre de la justice et de la sécurité publique, Rockfeller Vincent, du ministre de l’économie et des finances, Patrick Michel Boisvert, du ministre de la planification et de la coopération externe, Simon Dieuseul Desra, du tout nouveau directeur de l’ONA, Jemley Marc Jean Baptiste et du DG du BMPAD, Fils-Aimé Ignace Saint Fleur, est sur la table. Ariel Henry, un PM à multiple visage.

En favorisant les ennemis de Jovenel Moise, le Premier ministre lunatique haïtien ne se présente-t-il pas comme un traitre ? Ne montre-t-il pas son vrai visage ?

Peu après son investiture à la primature, Ariel Henry a exprimé son intention de rapporter le décret portant création, organisation et fonctionnement de l’Agence Nationale d’Intelligence (ANI). Des Jovenelistes de son gouvernement s’y étaient opposés. Depuis lors un torchon brule au sein de l’équipe gouvernementale.

Alors qu’Ariel Henry tacle les jovenelistes de son gouvernement, il fait l’objet d’une plainte d’une frange de l’opposition qui exige sa démission pour ses relations avec le présumé assassin de Jovenel Moise, Joseph Félix Badio. L’actuel chef du gouvernement haïtien ne se supporte pas les démarches entreprises par des proches du feu président pour lui rendre justice. Il décline la démarche du ministre de la justice qui met des montants importants sur la tête des supposés coupables, qui sont en cavale, du meurtre de Monsieur Moise. Il rejette la demande du Ministre Claude Joseph qui sollicite l’appui de la communauté internationale, à travers un tribunal spécial, tenant compte de la faiblesse du système judiciaire haïtien, dans le souci de rendre justice à Jovenel Moise. En quoi la versatilité du PM Ariel Henry peut-elle sauver la République ? Le pays a-t-il besoin d’un Premier ministre fantasque dans ce contexte de crise socio-politique aigue ?

Mozard Lombard,

Éditorialiste chez Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *