Home 5 Actualités 5 Haïti débat/ Réunion à l’Ambassade américaine : Les États-Unis se désaccordent de l’accord de Marriott

Haïti débat/ Réunion à l’Ambassade américaine : Les États-Unis se désaccordent de l’accord de Marriott

Après la rencontre déroulée à l’Ambassade américaine, mercredi dernier, entre les représentants des forces politiques haïtiennes et l’ambassadrice Kelly Craft, les États-Unis décident pour le respect de la démocratie. Ils ont appelé les acteurs à la réunion afin de trouver une solution inclusive pour le bien-être du peuple haïtien.

La décision des autorités américaines, consécutivement à cette rencontre, se désaccorde avec l’accord de Marriott trouvé  par des regroupements politiques haïtiens recommandant de remplacer le président de la République, Jovenel Moise, par un juge de la Cour de Cassation.

Lors de cette grande réunion, la représentante du consortium « Mache Kontre », Edmonde Supplice Beauzile, s’est prononcée pour le respect de l’accord. Elle ne soutient pas l’idée d’engager une interlocution avec Jovenel Moise. Pour l’ancienne Sénatrice du Centre, dialoguer avec l’actuel chef de l’État haïtien est une perte de temps parce que celui-ci, à un certain moment, avait refusé de s’investir dans cet exercice. Toutefois, elle est favorable à un compromis autour de l’accord avec les partis proches du pouvoir.

Tout comme Madame Beauzile, l’envoyé du parti Fanmi Lavalas, Pasha Vorbe, a défendu la position de son organisation, c’est-à-dire le départ du chef de l’État du pouvoir. « Nous avons un pays en crise. La résolution de cette crise passe par le départ de Jovenel Moise », a déclaré Pasha Vorbe à Madame Craft accompagnée de l’Ambassadrice américaine accréditée en Haïti, Michèle Sison.  

Contrairement au délégué de Fanmi Lavalas, Lyné Balthazar a contesté la position qui réclame le départ du président Moise du sommet de l’État haïtien. Si pour lui, l’accord de Marriott a son bon côté sachant que ses concitoyens n’ont pas de culture de travail en commun, il a aussi son mauvais côté. Ce consensus, d’après lui, n’est pas inclusif.

« Dans le processus de résolution de la crise, il faut inclure le président. Même s’il doit partir, il doit être inclus. Nous devons trouver un accord politique pour monter un gouvernement d’union nationale », a indiqué Monsieur Balthazar.

Au cours de son intervention à l’émission Haïti débat de ce jeudi 21 novembre 2019, sur la Radio Scoop FM, le représentant de la structure PHTK a rapporté les premiers mots de l’Ambassadrice Kelly Craft au début de la rencontre.

« Je suis venue en qualité de représentante des États-Unis auprès de l’ONU et comme ami du président américain Donald Trump. Nous ne sommes pas venus pour soutenir personne, mais pour supporter les institutions. Tout président élu doit boucler son mandat », a signifié la médiatrice américaine à ses interlocuteurs haïtiens.

Mozard Lombard,

Journaliste/Rédacteur de la Radio Télé Scoop,

Tél : (509) 3147-1145,

Email : [email protected]

Réagir à cet article

About Mozard Lombard

Mozard Lombard

Check Also

Haïti débat / Claudy Gassant au sommet de l’ULCC : Que veut montrer Jovenel Moise ?

Accusé de corruption, Jovenel Moise a nommé un antagoniste à la tête de l’ULCC. La …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *